Un grain de sable dans l’engrenage pour SLNGaz

Photo de Sebastien Lacroix
Par Sebastien Lacroix
Un grain de sable dans l’engrenage pour SLNGaz
Maurice Richard

ÉCONOMIE. La Société du parc industriel et portuaire de Bécancour (SPIPB) déposera sous peu une demande de dérogation mineure pour le terrain où doit être construite l’usine de Stolt LNGaz.

C’est que le terrain choisi par l’entreprise est situé tout près du fleuve Saint-Laurent et qu’une toute petite partie se trouve dans une zone inondable. «Ça n’affectera pas le projet. C’est une petite zone, située au bout complètement du terrain, qui se trouve en milieu humide», mentionne le président-directeur général de la SPIPB, Maurice Richard.

«Le terrain a pu changer avec le temps, parce qu’avant d’être un parc industriel, c’étaient des terres agricoles, rappelle le PDG. C’est apparu avec les rues, le drainage et les fossés qui se sont ajoutés. Il y a aussi plusieurs normes gouvernementales qui ont changé.»

Pour régler la situation, des clapets anti-retour seront installés. «C’est une technique archaïque, mais c’est la plus efficace qui existe pour contrer ce problème», fait valoir Maurice Richard.

Les travaux devront être faits de façon à s’assurer de ne pas créer de zones d’inondation à d’autres endroits. «J’exagère, mais il ne faut pas noyer d’autres terrains, ni créer de préjudices autour», souligne-t-il.

Ces travaux sont nécessaires pour l’entreprise de production et de transport de gaz liquide. «C’est le terrain qu’ils ont choisi, parce que c’est idéal pour eux. Ils voulaient être situés tout près de la conduite sous-fluviale de gaz naturel et du quai, parce que c’est plus facile pour recevoir et expédier leur gaz», raconte le PDG de la SPIPB.

Selon la MRC de Bécancour, le calendrier des différentes démarches pour régler la situation s’étale jusqu’au 17 février 2015. Ceci ne doit pas occasionner de retard dans le début des opérations, qui est prévu en 2017.

Plusieurs zones dans le parc

La Société du parc industriel et portuaire de Bécancour poursuit actuellement des discussions avec le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques afin de régulariser la situation pour l’ensemble des terrains qui sont disponibles.

«Nous voulons que ce soit réglé pour toutes les zones comme celles-là qui existent dans le parc. Ce serait plus simple que d’y aller à la pièce et de devoir changer tout le Schéma d’aménagement de la MRC de Bécancour, à chaque fois, explique Maurice Richard. Les discussions avancent, mais ce n’est toujours pas réglé.»

La SPIPB avait dû faire les mêmes démarches sur le terrain choisi par IFFCO Canada pour y construire son usine de production d’engrais azotés sous forme d’urée.

Dans le cas du complexe de traitement de terres rares que souhaite construire Quest, ce problème ne se pose pas sur le terrain choisi par la société.

Des consultations

Stolt LNGaz tiendra deux sessions d’information dans le cadre de l’étude d’impact environnemental et social de son projet d’usine de liquéfaction de gaz naturel. Les présentations seront suivies d’une période de questions-réponses.

Celles-ci se tiendront le 2 septembre, dès 19h, à la salle Louisbourg de l’Auberge Godefroy, puis à la Salle Tricentenaire de Champlain, le 3 septembre, dès 19h.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires