Plus rapide que la livraison express… le pigeon voyageur

Par superadmin
Plus rapide que la livraison express… le pigeon voyageur
Michel Gosselin

Le pigeon voyageur. Combien de légendes alimente-t-il et d’idées romantiques ou loufoques son nom fait-il naître? Aujourd’hui presque considéré comme un mythe par la plupart des gens, il n’en est pas moins bien réel et fait même l’objet d’élevages un peu partout au pays, et même pas plus loin qu’à Aston-Jonction.

«Ils sont plus rapides que le courrier express!», s’exclame Michel Gosselin, colombophile de son état, ce qui signifie éleveur de pigeons voyageurs.

Derrière sa demeure à Aston-Jonction, trône ainsi une maisonnette blanche, aux grandes fenêtres intrigantes. «C’est le colombier. En ce moment j’ai 25 pigeons, mais je vais sûrement monter jusqu’à 35», souligne l’éleveur qui a dresse des pigeons depuis quarante ans et a déjà eu plus de 90 oiseaux dans son colombier.

Mais que fait donc un éleveur de pigeons voyageurs? «Il aime d’abord beaucoup les oiseaux!», répond en souriant l’amateur, qui admet que l’usage de ces sympathiques volatiles n’a plus tout à fait le lustre des temps anciens. «Ça fait 5000 ans que les hommes élèvent des pigeons voyageurs. Il y a juste 150 ans, avant l’implantation du télégraphe et du téléphone, c’était encore le moyen de communication le plus rapide», rappelle M. Gosselin.

Déboulonnons un premier mythe: non, un pigeon voyageur ne livre pas des messages à n’importe quelle destination souhaitée. En fait, l’oiseau a un sens de l’orientation étonnant qu’il utilise… pour revenir chez lui. Tant pis alors pour l’histoire de la belle princesse qui attend à la fenêtre qu’un pigeon lui apporte la lettre d’amour d’un prétendant. «Il faut le lâcher d’un endroit éloigné de son colombier, et il retrouve sans problème son chemin. Mais dans toute sa vie, il n’aura pas d’autre demeure que cet emplacement-là: celui où il a vu le jour», explique M. Gosselin.

Le retour à la maison se fait cependant en un temps record. «Les pigeons sont plus rapides qu’une voiture! Si je vais lâcher mes pigeons à Drummondville, à Montréal ou même aussi loin qu’Ottawa, c’est certain qu’ils vont arriver avant moi à la maison, même si je roule sur l’autoroute!», jure l’éleveur, qui attribue à ses bêtes une impressionnante vitesse moyenne de 90km/h.

Les courses de pigeons, aussi populaires que le hockey?

Au Centre-du-Québec, à peine une quinzaine d’amateurs élèvent comme Michel Gosselin des pigeons dans leur cour. Au Québec, on en compte quelques centaines, la plupart en périphérie de Montréal. Mais cette timide présence des pigeons ici ne signifie pas qu’ils sont en déclin. «En Europe, c’est fou, tout le monde a des pigeons», affirme M. Gosselin, en précisant que de nombreuses régions de France et de Belgique notamment comptaient par milliers les éleveurs de pigeons et que d’importantes courses se tenaient chaque semaine à divers endroits. «Il y en a même une à Barcelone où on lâche 20 000 oiseaux. C’est nettement plus que les compétitions qu’on se fait dans la province, où il y a 400 oiseaux», relate avec émerveillement l’éleveur. «C’est tellement populaire que tous les samedis, après les courses, il y a des émissions spéciales dans les médias pour donner les pigeons gagnants. Là-bas, les statistiques de pigeons voyageurs sont aussi populaires que nos statistiques de hockey!», raconte M. Gosselin. Est-il encore bien loin le jour où les pages sportives de la province parleront des exploits de nos amis les pigeons…

Saviez-vous que…

• Des pigeons élevés dans des pièces sans fenêtres n’acquièrent jamais le sens de l’orientation. On pense donc qu’ils s’orienteraient grâce au soleil. • Les pigeons ont été utilisés comme moyen de communication privilégié par les alliés pendant les deux guerres mondiales. Les Allemands consacraient même des troupes à l’entraînement de faucons pour attraper les pigeons de leurs ennemis! • L’armée américaine utilise les pigeons pour le sauvetage en mer. Les pigeons sont entraînés à réagir aux couleurs des gilets de sauvetage et, grâce à leur excellente vue, repèrent les naufragés bien mieux que l’œil humain. • On raconte qu’en France, après la Révolution, le baron Rothschild, apprenant la défaite de Napoléon à Waterloo par pigeon messager, disposa avant tout le monde d’une information qui lui permit une excellente spéculation boursière qui fut à l’origine de sa fortune.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires