Plamondon croit qu’une réflexion globale s’impose

Photo de Sebastien Lacroix
Par Sebastien Lacroix
Plamondon croit qu’une réflexion globale s’impose
Le député de Bas-Richelieu-Nicolet-Bécancour

POLITIQUE. Le doyen de la Chambre des communes, Louis Plamondon, estime qu’une réflexion globale s’impose à la suite de la fusillade survenue à l’intérieur du Parlement.

«Il va falloir réagir et tenir compte des valeurs collectives. Actuellement, ce sont les valeurs individuelles qui priment en vertu de la Charte des droits et libertés, explique-t-il.

«On ne peut pas arrêter quelqu’un pour qu’ils consultent des psychiatres, mais est-ce qu’on doit attendre qu’ils tuent quelqu’un? C’est une réflexion globale qui est à faire», estime le député de Bas-Richelieu-Nicolet-Bécancour.

En 30 ans de carrière, Louis Plamondon a été témoin de quelques événements marquants, dont un autobus rempli d’otages qui avait été détourné et un 4X4 qui avait monté l’escalier du Parlement avant de tirer deux coups de feu.

Il estime toutefois que ce qui vient de se produire n’est en rien comparable à la fusillade de ce matin, ni à l’attaque du caporal Lortie. «C’est le premier parlement occidental qui est attaqué par un groupe organisé», rappelle-t-il.

«C’est un acte de guerre, une idéologie qui s’affronte, un coup d’État contre le monde occidental, analyse-t-il. Dans le cas de Lortie, ce n’est pas la même chose, parce que c’était une dépression qu’il avait faite.»

Le bloquiste croit que le gouvernement canadien devra réagir à cette attaque de concert avec les Nations Unies et les pays arabes. «Ce n’est pas normal que nous envoyions nos F-18, pendant que la Turquie n’intervient alors qu’elle est juste à côté des djihadistes», observe Louis Plamondon.

Encore sous le choc

Louis Plamondon était encore sous le choc à l’idée qu’il aurait pu être dans la mire du tireur, lui qui passe fréquemment devant le cénotaphe où s’est produit l’un des tirs.

«Est-ce que je vais commencer à regarder un peu partout quand je passe par là? Même en retournant dans mon comté, est-ce que je vais me mettre à avoir peur qu’il y ait quelqu’un qui broie du noir dans son sous-sol?», a-t-il témoigné, alors qu’il était encore confiné à son bureau de député.

Suivez Sébastien Lacroix sur Twitter: @Sebas_Lacroix

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires