«On gagne une bataille, mais on ne sait jamais si on a gagné la guerre» – Francine Tousignant

Par superadmin

«On m’a diagnostiqué un cancer du sein très rare à l’âge de 34 ans. J’ai eu une tumorectomie, puis une mastectomie avec reconstruction simultanée du sein.»

Depuis 14 ans, la directrice générale de Culture Centre-du-Québec, Francine Tousignant, vit avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. «J’ai gagné ma bataille contre le cancer, mais ai-je gagné la guerre? Je ne le sais pas.»

C’est que le risque de récidive est omniprésent… et elle en sait quelque chose : «Mon frère a appris, la même année que j’ai eu mon cancer du sein, qu’il était atteint du cancer du pancréas. Il a eu une récidive après dix ans et il se trouve maintenant au tournant de sa vie», illustre-t-elle.

Une force de vivre incroyable

Francine Tousignant explique que l’épreuve qu’elle a vécue a développé chez elle une force de vivre incroyable. Il faut savoir qu’il s’est écoulé deux années entre le moment de ses premiers symptômes et le diagnostic final : «J’ai reçu un faux diagnostic en 1996. On m’a dit que j’étais trop jeune pour que ce soit un cancer, que ça allait se résorber. Mais mes symptômes ont persisté.»

C’est à l’été 1998 que les médecins ont trouvé une tumeur. Au départ, ils la croyaient bénigne, mais elle a rapidement évolué. «J’ai été opérée une première fois (tumorectomie). Mais après sept semaines, ma tumeur avait doublé de taille. On m’a alors appris que je devrais me faire enlever le sein. Pour moi, ç’a été tout un choc. La perte de mon sein signifiait plein de deuils à faire, dont celui de ma féminité. Mais à l’époque, je me suis dit que j’allais reprendre le contrôle de ma vie. C’est ce que j’ai fait.»

Une des façons qu’elle a trouvées, pour y parvenir, a été de demeurer activement impliquée dans la cause du cancer. Entre autres, elle a contribué à la fondation du premier groupe de soutien aux jeunes femmes atteintes de cancer du sein au pays, de même qu’à la création de la première clinique d’oncogénétique, à Montréal. Plus récemment, elle a accepté d’agir à titre de présidente de la campagne 2012 de la Fondation québécoise du cancer, région Centre-du-Québec, un organisme qui soutient directement les personnes atteintes de cancer.

 

À LIRE AUSS:

«C’est mon moral qui me sauve» – Georges Hamel

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires