Nouvel outil pour les enfants vivant avec un parent atteint d’une maladie mentale

Par Sylvie Branch
Nouvel outil pour les enfants vivant avec un parent atteint d’une maladie mentale
Carl Lacharité président du conseil d’administration de la maison des familles Chemin-du-Roy

Le conte Anna et la mer, écrit par Rebecca Heinisch, est un outil pour démystifier la maladie mentale. Il s’adresse particulièrement aux enfants ayant un parent ou un proche atteint d’une de ces maladies.

L’Association Anna et la mer, en collaboration avec la Fondation Alcoa et l’Aluminerie de Bécancour inc. (ABI), a procédé au lancement du livre Anna and the Sea, traduction anglaise du conte thérapeutique Anna et la mer. Cette version permettra à d’autres enfants, dont le parent souffre de maladie mentale, d’obtenir de l’appui et des réponses.

Un projet personnel

Anna et la mer est le premier livre au Québec ayant pour cible les enfants qui vivent au quotidien avec une personne atteinte d’une maladie mentale. Le projet, qui a vu le jour en 2004, signifiait beaucoup pour l’auteure, Rebecca Heinisch «Cette cause me tient à cœur. Je suis moi-même touchée, ma mère est atteinte d’une maladie mentale. J’ai donc voulu créer un outil pour les enfants. L’histoire d’Anna est un peu ma propre histoire.» Le plus important pour Mme Heinisch était de mettre des mots sur les sentiments qui habitent ces enfants.

Une association impliquée

Au cours des cinq dernières années, l’histoire d’Anna et la mer a été publiée et distribuée à plus de 5 000 exemplaires dans les écoles, les centres hospitaliers et d’autres endroits où elle peut venir en aide.

Le programme des ateliers Anna ne cesse de grandir. L’an prochain il sera traduit en anglais pour apporter le soutien nécessaire aux enfants anglophones.

L’association Anna et la Mer et le seul organisme offrant des services dans la région de la Mauricie/Centre-du-Québec ayant pour cible les enfants. «L’association Anna et la Mer travaille depuis déjà plusieurs années à l’élaboration d’outils d’intervention destinés à ces enfants, car en intervenant de façon précoce, il est possible de diminuer ou même d’enrayer les impacts négatifs qui guettent leur développement» a conclu Mme Heinisch.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires