Milkomax intéresse le Japon

Photo de Sebastien Lacroix
Par Sebastien Lacroix
Milkomax intéresse le Japon
: Jocelyn Lemay (Directeur du territoire

AGRICULTURE. Des hommes d’affaires du Japon s’intéressent à ce qui se fait à l’usine de Milkomax, à Sainte-Monique, qui est le seul fabricant pour les robots de traite automatisée pour les vaches laitières attachées, ou en «stabulation entravée».

Des représentants de Pure Line Co., LTD, un important distributeur d’équipement agricoles situé dans la région de Tokyo, se sont en effet déplacés à Sainte-Monique pour  constater ce qui se fait chez Milkomax.

«C’est un pas important vers la conclusion d’une entente commerciale dans un futur rapproché. Le japon s’impatiente à l’arrivée du Roboléo, tout comme plusieurs autres pays qui démontrent leurs intérêts!», fait valoir Katherine Dubuc.

Depuis, sa mise en marché en 2010, la demande pour le Roboléo, inventé par Léo Rousseau, ne cesse de croître au Québec comme dans l’Ontario. Dans un futur rapproché, Milkomax projette de se tourner vers l’exportation et le Japon pourrait être un premier pas en ce sens.

«L’intérêt que porte le Japon pour cette innovation québécoise n’est pas surprenant. En effet, leur marché de production laitière ressemble beaucoup au marché québécois et ontarien. Le Japon compte environ 12 000 fermes laitières, dont près de 70% sont en stabulation entravée», indique Katherine Dubuc.

Pure Line Co. Existe depuis 40 ans et distribue à travers un réseau de 13 concessionnaires dans tout le Japon. Elle se spécialise dans l’importation, et la distribution d’équipements laitiers. Cette entreprise importe d’ailleurs déjà du Québec, dont plusieurs produits de la compagnie Rovibec, la compagnie sœur de Milkomax, qui a déménagé ses installations à Nicolet il y a quelques années.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires