Microbrasserie à Ste-Angèle: un projet qui ne fait pas l’unanimité

Par Joanie Mailhot
Microbrasserie à Ste-Angèle: un projet qui ne fait pas l’unanimité
Les plans de la future microbrasserie

OPPOSITION. Le projet de microbrasserie à Sainte-Angèle-de-Laval a du sable dans l’engrenage. Suite aux inquiétudes exprimées par des citoyens du secteur, les promoteurs doivent effectivement reporter leur projet, du moins de quelques jours.

Une demande de dérogation mineure pour la microbrasserie figurait à l’ordre du jour de la séance du conseil municipal de la Ville de Bécancour, lundi soir. Normalement, ce genre de demande est accepté rapidement et sans anicroche par les élus.

Par contre, cette fois-ci, des résidents du secteur étaient présents à la séance et ont manifesté certaines inquiétudes face au projet. «Nous sommes plusieurs à avoir des choses à dire concernant cette dérogation. Pour nous, il s’agit d’une dérogation majeure et c’est ce qu’on va tendre à prouver», a lancé Jean-Pierre Leduc, de Sainte-Angèle-de-Laval, au nom de ses concitoyens présents. Ils estiment ne pas avoir été consultés et souhaitent remédier à la situation avant qu’il ne soit trop tard.

Ainsi, la Ville de Bécancour a choisi de reporter l’adoption de la dérogation à une séance ultérieure, ce qui a inévitablement des conséquences sur l’échéancier du projet. «On était prêt à démolir demain (mardi) matin, mais on est obligé d’attendre. C’est un petit peu plate et ça nous nuit beaucoup», a fait savoir Steve Garceau, l’un des promoteurs.

«La journée qu’on a le go, ça part tout de suite, poursuit-il. Parce que là, le temps presse, car on veut monter la structure et fermer toute la toiture avant les gels. C’est très décevant puisque tout était prêt, la machine était prête.»

La dérogation mineure concerne une question de distance et de dimension. Toutefois, ce n’est pas ces éléments qui semblent causer problème pour les résidents. Les gens s’inquiètent plutôt du respect de leur intimité, entre autres.

Pourtant, Steve Garceau et ses partenaires assurent qu’ils ont bien entendu leurs préoccupations et qu’ils ont adapté le projet en conséquence. «On a invité la population à nous faire connaître leurs problématiques pour essayer d’arranger ça et on les a écoutés. Pour toutes nos terrasses, on a prévu mettre des murs coupe-son du côté des voisins, clame M. Garceau. Du même côté, certains craignent la présence des escaliers, alors que c’est une sortie de secours; il n’y a aucun danger là. On veut vraiment mettre l’accent vers le fleuve et le côté gauche…et non le côté droit pour ne pas déranger les gens.»

«Je constate qu’une rencontre, ça n’a pas été assez, qu’il aurait sûrement fallu se revoir une autre fois», reconnaît le promoteur.

Un projet d’envergure

L’espace actuellement occupé par le restaurant-bar de la Marina de Sainte-Angèle-de-Laval changera complètement de vocation. En plus d’une microbrasserie, le nouveau bâtiment abritera aussi un resto-bar, un petit dépanneur, ainsi qu’un bar laitier. Une salle de conférence sera également aménagée au 2e étage de la bâtisse.

Le projet global, dans son ensemble, est évalué à 4M$. «On a fait toutes nos rencontres pour le financement et on est en train de sceller ça. On est entre autres dans le Fonds de diversification», soutient Steve Garceau.

Une rencontre à prévoir

Une rencontre d’information en présence des promoteurs et de l’urbaniste de la Ville de Bécancour sera convoquée sous peu, afin de permettre aux citoyens du secteur de poser leurs questions.

«J’ai hâte de les rencontrer, leur expliquer et répondre à leurs questions. Ils ne sont peut-être pas au courant de ce qu’on veut faire exactement, maintient le promoteur. On ne veut pas avoir quelque chose à cacher et on veut faire ça en équipe. On ne veut pas que le voisinage soit choqué.»

Suivez Le Courrier Sud sur Facebook!

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires