«Le service de taxi n’a jamais cessé à Gentilly» – Yvan Beaudet

Par superadmin
«Le service de taxi n’a jamais cessé à Gentilly» – Yvan Beaudet
-

«Mon service de taxi marche toujours et ça va continuer. Je ne suis pas près de ma retraite!»

Yvan Beaudet, de Taxi Bécancour, a tenu à mettre les pendules à l’heure concernant son service de taxi, basé à Gentilly. Rappelons que la semaine dernière, Michaël Jasmin, de Déménagement Pro-Extrême, annonçait qu’il projetait d’instaurer dans les prochaines semaines un service de taxi et de taxi adapté à Bécancour et Nicolet pour pallier le «gros manque de service de transport sur la rive-sud.»

Il avait été informé, à tort, que Taxi Bécancour avait cessé ses activités depuis 2 ou 3 mois. Or, le propriétaire Yvan Beaudet indique qu’il n’a cessé d’offrir que le service de taxi adapté : «Je l’ai vendu à Autobus Hélie en janvier. Le service est encore offert; il a juste changé de mains», clame le principal intéressé, qui dit avoir vendu ce service pour des raisons de santé. «Je l’offrais depuis 16 ans. J’ai dû ralentir. Mais je garde mon service de taxi et mes contrats réguliers : j’aime ça!»

Du côté d’Autobus Hélie, on confirme que le service de taxi adapté poursuit ses activités. «On est à contrat pour Bougie-Bus», précise le vice-président Normand Hélie. Bougie-Bus est un organisme à but non lucratif qui assure le transport des personnes handicapées dans la Ville de Bécancour et dans 10 municipalités de la MRC de Nicolet-Yamaska depuis 27 ans.

Il faut par ailleurs souligner qu’un autre service de taxi est offert à Bécancour, avec Taxi Gentilly. Le propriétaire, Michel St-Onge, s’est lancé dans ce domaine en 1995. «Jusqu’en 2005, on faisait du 24h par jour, 7 jours par semaine, tant pour le public que pour le corporatif. On crevait de faim(…). Il n’y a pas de demande. Depuis 2007, on ne fait que du corporatif», explique-t-il.

Selon lui, le projet de Michaël Jasmin n’est pas viable : «Je lui souhaite bonne chance. Il ne sait pas dans quoi il s’embarque en offrant un taxi rural. Ça va lui coûter cher!»

Du côté de Taxi Houle à Nicolet, la propriétaire Cécile Taillon prétend n’avoir jamais confirmé la fermeture définitive de son service de taxi le 31 mars : «J’ai dit à M. Jasmin que je fermerais probablement le 31 mars si je n’avais pas de contrat. Or, j’en ai encore, alors je vais continuer et ce, pour un temps encore indéterminé», précise-t-elle, ajoutant avoir offert à Michaël Jasmin de racheter son permis et tous les droits acquis qui l’accompagnent. «J’avance en âge et j’aimerais prendre une vraie retraite. Il ne m’a pas rappelée, alors il faut croire qu’il n’est pas intéressé.»

Objection?

Yvan Beaudet a la ferme intention de s’opposer à la demande de permis de Michaël Jasmin dans Bécancour. «Qu’il fasse une demande pour Nicolet, ça ne me dérange pas. Mais s’il veut venir ici, alors là, ce n’est pas la même chose», indique M. Beaudet.

Pour sa part, Michel St-Onge ne fera pas d’objection : «Je n’ai pas de temps à perdre avec ça. Le jeune rêve en couleur. Il va voir que la Commission des transports ne fait pas de cadeaux et que la demande n’est pas là».

Même son de cloche du côté de Cécile Taillon : «Je ne m’oppose pas à son projet : tout le monde a le droit de vivre. Mais il doit savoir qu’un service de taxi, ça s’exploite dans les règles.»

Michaël Jasmin a confirmé au Courrier Sud qu’il reverra sa demande de permis pour Bécancour. «Étant donné qu’il y a déjà des services en place, je n’irai pas à Gentilly», a-t-il mentionné, visiblement secoué d’avoir causé autant de remous. Il déposera d’ici la fin de la semaine ou au début de la semaine prochaine une demande de permis pour Nicolet et une autre pour la Ville de Bécancour, à l’exception du secteur Gentilly.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires