Le Challenge 255 fonctionne à plein régime

Photo de Marianne Cote
Par Marianne Cote

CHALLENGE 255. Le signal est lancé. Les conducteurs appuient à fond sur l’accélérateur pour faire rugir leurs gros moteurs et filent à une vitesse fulgurante sur la piste laissant un show de boucane derrière eux. Aucun doute, les amateurs de camions lourds, de «pick-up» et de motos seront servis ce week-end. Selon les organisateurs, plus de 60 000 spectateurs sont attendus à la 11e édition du Challenge 255 de Baie-du-Febvre.

Les estrades étaient remplies à craquer samedi après-midi pour assister aux courses d’accélération. L’invitation a été entendue, tout comme la météo favorable. Le soleil de plomb avait de quoi réjouir les membres du conseil d’administration de l’évènement. Après les pluies diluviennes d’il y a deux ans, maintenant bien loin derrières, on ne pouvait imaginer mieux, a lancé le président, Robert Jutras.

Au terme des trois jours d’activités, les chauffeurs de 65 camions lourds, 40 «pick-up» et 30 motos se présenteront sur la ligne de départ. «Nous allons surpasser les 1 000 départs ce week-end, c’est du jamais vu !», s’est exclamé M. Jutras.

«Nous sommes la seule compétition en Amérique du Nord à relever un tel exploit. Si cela est possible, c’est grâce à notre piste aménagée spécialement pour l’évènement», a-t-il renchéri. D’ailleurs, celle-ci semble faire l’unanimité chez les conducteurs.

Il est encore tôt pour parler d’une année record, mais les organisateurs sont confiants de remplir leur objectif. Les réservations au camping vont bon train, ce qui est un excellent indicateur. Sur les 1 300 terrains disponibles aux festivaliers, déjà plus de 900 ont trouvé preneurs. Et ça continue de rentrer.

«On peut parler ici d’une hausse d’environ 20 %. C’est énorme ! Pour nous, c’est un excellent signe», a indiqué le grand manitou du rassemblement de gros moteurs. Les gens viennent de Chicoutimi, d’Abitibi, de Vancouver et même de l’autre côté de la frontière pour assister à cette compétition et parfois, y prendre part.

Des femmes et leur bolide

Seule femme à prendre le départ sur son bolide à deux roues, Sylvette Robert n’a définitivement pas froid aux yeux. Elle course parmi les hommes et arrive même à leur donner des sueurs froides, souligne fièrement celle qui ne cache pas son désir de voir d’autres représentantes féminines s’élancer sur la piste.

«Ça fait cinq années que je participe au Challenge 255 sur ma moto. J’adore ça!», lâche sans hésiter la compétitrice de Baie-du-Febvre. «L’adrénaline ici est incroyable ! Il s’agit de la seule compétition auquel je participe et lorsque je viens, c’est surtout pour m’amuser.»

Émilie Delatre, la fille du propriétaire d’une entreprise de camionnage, sillonne les routes à bord de son camion tout en exerçant son métier d’enseignante. Elle a appris à gouverner un poids lourd pour la première fois dans sa cours. C’est là qu’elle a eu la piqure. À 19 ans et son permis en poche, elle a suivi son grand frère jusqu’au Challenge 255.

La jeune compétitrice sourit en évoquant la foule assise dans les estrades : «Il y a beaucoup de monde qui ont répondu à l’invitation cette année. C’est plaisant !»

Si plusieurs aiment modifier les moteurs de leur camion afin qu’il soit plus performant, d’autres préfèrent largement dorloter leur bolide pour épater la galerie. À l’occasion du Show’N Shine, une soixantaine de camions lourds seront évalués sur plusieurs critères de beauté.

Les courses vont se poursuivent ce dimanche dès 9h.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires