La poutine exportée…au Maroc!

Par superadmin
La poutine exportée…au Maroc!
Gilles Descôteaux. Photo

Gilles Descôteaux a beau être fromager de métier – un héritage venu de son père – jamais il n’aurait pensé être celui qui ferait découvrir le «fromage en crottes» aux pays du Moyen-Orient. C’est pourtant lui qui s’apprête aujourd’hui à ouvrir une usine de fromage cheddar à Fès, avec l’objectif avoué de faire découvrir la poutine aux Marocains.

«Ce qu’il faut savoir c’est que les Marocains qui vivent au Québec adorent la poutine. C’est un goût qui les accroche. Là-bas, j’ai déjà fait des tests de dégustation, et le succès a été foudroyant!» explique en souriant le Bécancourois, fils du fondateur de la Fromagerie Descôteaux et actuellement propriétaire d’un dépanneur au pied du pont Laviolette.

Mais comment a-t-on l’idée d’investir quatre ans de sa vie afin de démarrer une fromagerie au Maroc?

«En fait, j’ai rencontré un Marocain venu étudier la gestion agroalimentaire ici et c’est lui qui m’a convaincu que le fromage et la poutine, ça fonctionnerait bien chez lui», affirme Gilles Descôteaux.

Résultat? La Fromagerie du Québec devrait débuter sa production en juillet dans le quartier industriel de Fès.

«J’ai investi environ 250 000$ dans le projet pour les équipements et les préparatifs. Mon associé fournit le bâtiment, le terrain et le fonds de démarrage. L’Agence canadienne de développement international (ACDI) m’a aussi appuyé depuis 2006 en payant une bonne partie d’une grande étude de marché», précise le passionné de fromages, qui s’est déjà amusé à expérimenter lors de ses voyages au Maroc.

«J’ai apporté un petit équipement pour faire 4 kilos de fromage et j’ai fait des tests. J’ai fait du fromage au basilic frais et avec du persil et de la coriandre. J’ai développé une recette de sauce aux tomates fraîches pour remplacer la sauce brune sur la poutine. Ça a donné des résultats formidables, et les passants ont adoré!» s’enthousiasme Gilles Descôteaux, visiblement ravi de reprendre contact avec la profession qu’il avait dû délaisser au Québec il y a quelques années.

Une poutine royale

En plein processus de lancement de sa fromagerie, l’homme d’affaires bécancourois avoue qu’il pourrait bien passer beaucoup de temps au Maroc dans les prochaines années. Notamment parce que la fromagerie n’est que le début d’un plus vaste projet.

Gilles Descôteaux a effectivement l’idée de faire de la poutine un succès national, à Fès d’abord, une ville de plus d’un million d’habitants, puis dans tout le pays.

«Je veux monter une cantine mobile avec des friteuses qui ira s’installer dans les foires pour faire goûter le produit. Dans quelques mois, on veut aussi rassembler des restaurateurs pour leur faire déguster la poutine avec l’objectif qu’ils la mettent au menu. Quand je vois à quel point les Marocains aiment ce goût, je pense que ça pourrait prendre beaucoup d’expansion», fait valoir l’entrepreneur, qui avoue du même coup un rêve un peu fou qu’il aimerait bien voir se réaliser.

«Dans chaque maison au Maroc, il y a une photo du roi Mohammed VI. C’est très important pour eux. Mon but c’est de faire goûter la poutine au roi. Je vois ça d’ici: une affiche avec le roi du Maroc qui tient une poutine… On manquerait de lait!»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires