Des dirigeables pour transporter des terres rares

Photo de Sebastien Lacroix
Par Sebastien Lacroix
Des dirigeables pour transporter des terres rares
Quest se servira de la technologie pour aller chercher du concentré de minerai dans le Nord du Québec.

TECHNOLOGIE. Le futur complexe de traitement des terres rares qui doit entrer en fonction en 2020, à Bécancour, sera alimenté d’une façon plutôt inusitée. Le concentré de minerai qui sera extrait au gisement de Lac Strange, dans le Nord du Québec, transitera par la voie des airs!

Ce sont sept dirigeables qui seront chargés de transporter plus de 200 000 tonnes métrique par année vers Schefferville. Le tout sera ensuite mis sur le train vers le port de Sept-Îles avant d’arriver à Bécancour par bateau.

Les engins d’une capacité de 20 tonnes métriques chacun serviront aussi à véhiculer le personnel et les fournitures nécessaires aux opérations minières. Ils ont d’ailleurs une capacité maximale de 19 passagers.

La flotte de dirigeables hybrides de transport de charge lourde, de type LMH-1, sera l’une des premières au monde! Elle sera opérée par Straightline Aviation (SLA) avec qui Quest en est venu à un protocole d’entente lors du Sommet de l’aérospatiale canadienne.

La valeur de l’entente de service est évaluée à environ 850M$US. Celle-ci inclut les coûts du carburant sur une période de 10 ans à partir 2019, où les premières livraisons commerciales sont prévues. Elle prévoit également des prolongations allant jusqu’à 20 ans, dépendamment de la durée de vie projetée de la mine.

De cette façon, l’entreprise évitera d’avoir à construire une route jusqu’à la côte de la mer du Labrador. En plus de réduire ses coûts, elle diminuera son empreinte sur l’environnement en réduisant sa consommation de carburant et les émissions de gaz à effet de serre des camions lourds, tout en évitant d’avoir un impact sur l’habitat faunique.

Un transport sur mesure

Le procédé développé par l’entreprise britannique Lockheed Martin offre des objets volants bien adaptés aux défis que présentent l’accès isolé du site de Quest.

Il n’y a pas de piste d’atterrissage qui est requise, ni d’autres infrastructures coûteuses, puisque les appareils ont la capacité de se poser sur pratiquement n’importe quelle surface, dont la neige, la glace, le gravier et même l’eau.

Les ballons qui seront utilisés pour déplacer les terres rares seront gonflés à l’hélium. Ils combinent la technologie des aéronefs plus légers que l’air, les avions, les hélicoptères et les aéroglisseurs.

Le gaz fournit 80% de la portance du dirigeable, tandis que le reste provient de la forme aérodynamique de l’aéronef et de la poussée vectorielle de ses quatre moteurs. Le dirigeable est doté de l’unique «Air Cushion Landing System», soit des coussins d’air des aéroglisseurs qui facilite son atterrissage et l’agrippe fermement au sol.

La Federal Aviation Administration (FAA) des États-Unis et Transports Canada se sont entendus sur les nouveaux critères de certification du dirigeable hybride.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires