Abolition des CLD: Un mauvais «timing» pour Bécancour

Par Joanie Mailhot
Abolition des CLD: Un mauvais «timing» pour Bécancour

ÉCONOMIE. L’annonce du gouvernement visant la décentralisation des pouvoirs des Centre locaux de développement (CLD) vers les municipalités n’est pas vue d’un bon œil par le président du CLD de la MRC de Bécancour, Guy St-Pierre.

Celui-ci souligne que dans les derniers mois, le CLD de Bécancour était à revoir sa structure, afin de réévaluer les services offerts et réviser certaines orientations. «Avec les coupures annoncées, qui représentent environ 200 00$, soit 60% du budget, on va devoir revisiter nos données encore plus rapidement», explique M. St-Pierre.

«Je suis déçu parce qu’on était en train d’étudier la chose, et le rapport du consultant devait être déposé cette semaine. Dans les derniers mois, il y avait des belles idées sur la table, qu’on pense au centre entrepreneurial ou chantier économique entamé par la Ville de Bécancour. Il faudra tout revoir ces projets-là», déplore-t-il.

La mesure du gouvernement stipule que c’est maintenant aux MRC d’exercer ce pouvoir, à l’intérieur de leurs responsabilités. «Mais pour le développement économique, on fera quoi? Il y aura sûrement des tables de consultations, mais elles n’auront pas de pouvoir décisionnel comme avait le CLD, soulève le président. Je suis confiant qu’on va être en mesure de maintenir le service aux entreprises, mais comment? C’est ce qui reste à voir.»

Pour Guy St-Pierre, l’irritant majeur n’est pas tant le fait d’enlever la structure du CLD, mais surtout le montant qui y est associé. «Ça serait plus digestible si on autorisait les MRC à gérer elles-mêmes les sous. Par exemple, si on nous disait «On coupe, mais arrangez-vous!», on pourrait choisir de quelle façon on veut dynamiser le développement économique du territoire. Honnêtement, côté structure, je pense qu’on avait réussi à établir quelque chose de bien avec le CLD, qui était un vecteur du développement économique.»

Par ailleurs, le président indique qu’une évaluation devra être faite pour déterminer ce qui adviendra des fonds de développement, pour appuyer les entrepreneurs. À ce sujet, le gouvernement Couillard a garanti les fonds pour le développement économique des régions, afin de continuer à soutenir les entreprises dans chacune des régions.

Impacts

Tous ces changements auront un impact senti pour les MRC, tant dans leurs responsabilités que dans leurs budgets. D’ailleurs, M. St-Pierre rappelle que «les municipalités et les MRC seront aussi touchées dans leur propre budget.»

Il rappelle qu’au moment où on est, les municipalités ont déjà commencé leur budget, pour la plupart, et qu’il a été annoncé récemment que le gouvernement va aussi sabrer dans les revenus. «On ne connaît pas encore les impacts exacts que ça aura, mais chose certaine, avec tout ce qui se passe, il faut se revirer de bord et on n’a pas grand temps», lance le président.

Concernant la possibilité de pertes d’emplois, Guy St-Pierre admet qu’«on n’est pas rendu là.» Selon lui, ce sont les budgets et les sommes qui permettront de savoir quels services seront mis en place. «À partir de là, on verra quels postes seront nécessaires. Ce n’est pas souhaitable d’avoir mettre des gens à pied, mais dans le contexte, je dois avouer que ça se pourrait que certains employés perdent leur emploi.»

Suivez Joanie Mailhot sur Twitter: @Jo_Mailhot

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires