Un danseur de Bécancour de retour à Révolution

Photo de Stéphanie Paradis
Par Stéphanie Paradis
Un danseur de Bécancour de retour à <i>Révolution</i>
Mikaël St-Hilaire lors des auditions de la 4e saison de Révolution. (Photo : courtoisie)

BÉCANCOUR.  Le danseur Mikaël St-Hilaire est de retour à l’émission Révolution diffusée sur les ondes de TVA. Originaire de Bécancour, le jeune homme de 21 ans a séduit une nouvelle fois les juges lors des auditions, mais cette fois en solo! On pourra donc le voir bientôt performer lors du deuxième round, les Face-à-face.

Mikaël a participé à la 2e saison avec la troupe de danse 5 Alive de l’école District V, située à Trois-Rivières, troupe avec laquelle il s’était rendu en demi-finale. Depuis 2018, son passage à la compétition de danse lui a ouvert des portes dans le monde professionnel de la danse, lui permettant de participer à des émissions comme En direct de l’univers, Chanteur masqué, ou encore à des spectacles d’envergure, comme Joyeux Calvaire – Hommage aux Cowboys Fringants du Cirque du Soleil.

Cette année, le danseur est de retour en solo, un défi qu’il tenait à relever. « Je voulais le faire pour me prouver à moi-même que je suis capable de percer aussi en tant que danseur seul, et non juste avec une troupe », explique le Bécancourois.

Les différences ne se traduisent pas uniquement sur scène, mais bien lors de toute la démarche artistique entourant les numéros. Propulsé par son désir de dépassement de soi, il a mis son côté créatif de l’avant. « Avec la troupe 5 Alive, c’était Vincent Desjardins qui s’occupait de tout à 100%, alors que nous, nous étions les élèves qui incarnaient ce qu’il avait en tête », explique Mikaël. « Cette année, bien que j’aie encore le soutien de Vincent, c’est moi qui relève tous les petits défis créatifs, comme les concepts et les chorégraphies, pour cette première expérience en solo ».

Danser en solo à Révolution représente une difficulté supplémentaire pour se renouveler lorsque vient le temps des « révolutions », c’est-à-dire des photographies à 360 degrés d’un moment fort de la chorégraphie. « C’est la partie en solo qui est extrêmement difficile, parce qu’avec 5 Alive, on avait huit corps, donc beaucoup plus de possibilités de visuel. En solo, je mise davantage sur le concept et l’histoire autour de ma révolution. C’est avec ça que je veux me démarquer », révèle Mikaël.

Bien que Mikaël St-Hilaire avoue n’avoir jamais vécu un tel sentiment de stress avant de monter sur scène, il est très satisfait de la performance qu’il a livrée lors des auditions de l’actuelle saison. « En embarquant sur la scène, tout le stress est parti et ça a vraiment bien été », raconte celui qui s’alimente habituellement de l’énergie des autres danseurs avec qui il partage les planches.

Un premier numéro solo

Le 18 septembre dernier, Mikaël St-Hilaire montait sur les planches de Révolution lors des premières auditions de la 4e saison avec un numéro qui assurait la continuité de son passage avec la troupe 5 Alive en 2018.

Lors du numéro final avec la troupe, qui portait sur le détachement des liens et la sortie de sa zone de confort, les danseurs ont utilisé un câble attaché à un mât. Cette année, Mikaël a utilisé le même câble, mais avec le lien coupé. « Ça voulait dire que j’ai coupé mes liens et que j’ai pris mon envol, prêt à me lancer dans de nouveaux défis ».

Ce numéro a été performé sur la pièce Murmures du Nicolétain Jean-Michel Blais. « Vincent et moi, on trouvait que ça s’agençait bien avec le concept qu’on voulait élaborer, avec mon histoire et la raison de mon retour. Même si ce n’était pas volontaire que ce soit une pièce d’un artiste du coin, ça a tout de même joué un rôle dans notre décision », explique Mikaël. « Jean-Michel m’a même écrit après pour me dire que c’était vraiment beau ce que j’avais fait sur sa pièce musicale. C’est toujours plaisant de recevoir ce genre de reconnaissance de l’artiste! », conclut le danseur.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires