Un livre-outil pour cheminer dans le deuil et dans le deuil périnatal

Photo de Marie-Ève Veillette
Par Marie-Ève Veillette
Un livre-outil pour cheminer dans le deuil et dans le deuil périnatal
L'oeuvre de Shanny Marcotte. (Photo : (Photo courtoisie))

BÉCANCOUR. Dans quelques semaines, la Bécancouroise Shanny Marcotte pourra tenir dans ses mains le fruit d’un peu plus d’un an d’ouvrage : son livre « Journal de deuil & de deuil périnatal ». Un livre conçu avec tout son cœur, après avoir perdu trois bébés en trois ans.

Il ne s’agit pas ici d’un récit relatant ses deuils, mais plutôt d’un outil visant à accompagner toute personne endeuillée. « Je l’ai bâti en fonction de ce que j’aurais moi-même aimé avoir comme outil quand j’ai vécu mes deuils », rapporte-t-elle.

 Pensées, images à colorier, poèmes, espaces pour écrire, activités et exercices apaisants se retrouvent notamment dans le livre. Chaque page se veut utile. « C’est un livre double. Il y a une section pour le deuil périnatal et une autre pour le deuil en général: celui d’un animal, d’une personne chère, d’un rêve, d’un enfant parfait, etc. »

La travailleuse sociale Anik Bertrand salue l’initiative de celle qu’elle a épaulée lorsqu’elle a perdu ses bébés: « Je n’ai pas vu l’outil, mais Shanny m’en a parlé. Lorsqu’on vit un deuil, c’est bien de lire sur le sujet pour mieux comprendre ce qui se passe en dedans de nous et de nous occuper les mains », commente-t-elle. « Quand on est dans nos mains, on est moins dans notre tête. Par exemple, quand on écrit, on s’exprime et on sort ce qui est dans notre tête. Quand on colore, on se concentre sur les couleurs. Ce genre d’activités nous permettent de sortir des émotions que l’on vit présentement. » 

Elle ajoute qu’une grande notion de temps vient avec le deuil, qui peut être plus ou moins long selon chaque personne, et qu’il ne faut pas hésiter à consulter et à partager sa peine avec d’autres au besoin.

En production

Shanny Marcotte travaille avec la maison d’édition Martine Carignan E=MC2 pour la réalisation de son ouvrage. « Nous en sommes à l’étape de la mise en page. Il ne reste que quelques correctifs à apporter afin que tout soit à notre goût. On est près du fil d’arrivée », se réjouit Mme Marcotte, qui a pu compter sur l’apport de deux dessinateurs québécois pour la portion coloriage de son ouvrage. « Pour le reste, c’est moi, qui ai fait les recherches et trouvé les ressources, une par une. » 

Au moment d’écrire ces lignes, l’ouvrage est en prévente sur le site de la maison d’édition (martinecarignan.com). Si tout va bien, les premiers exemplaires vendus devraient être livrés en février. « On espère aussi pouvoir en vendre dans les librairies et même à l’étranger; en France, notamment », souligne Shanny Marcotte.

Elle mentionne en outre que ce sera un outil évolutif : « Lorsque tous les exemplaires seront vendus, on pourra modifier et bonifier le contenu selon les commentaires reçus. Il sera constamment amélioré ».

Mes étoiles de mère par S.M.

La création de cet ouvrage réconfortant est une autre façon, pour Shanny Marcotte, d’épauler les parents endeuillés, elle qui a aussi fondé, en juillet 2021, la page Facebook « Mes étoiles de mère par S.M. ». Sur cette page, elle échange avec d’autres personnes touchées par le deuil périnatal et partage des pensées.

Des sacs réconfort

La Bécancouroise a également consacré les derniers mois à trouver des commanditaires pour soutenir un autre projet cher à ses yeux : la réalisation de cent sacs réconfort à remettre à des familles ayant perdu un bébé.

Elle a finalement déniché 27 donateurs (entreprises et personnes), ce qui a permis la confection des sacs désirés, d’une valeur avoisinant les 120$ chacun. Ce sont 60 familles endeuillées de la Mauricie et de Bécancour-Nicolet-Yamaska, ainsi que 40 familles de la Beauce qui les recevront. Leur distribution est déjà commencée via les organismes Le Papillon bleu (Mauricie) et Parents d’Anges (Beauce).

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires