Une rentrée inhabituelle au Centre de services scolaire de la Riveraine

Boris Chassagne, initiative de journalisme local, icimédias
Une rentrée inhabituelle au Centre de services scolaire de la Riveraine

ÉDUCATION. La pandémie aura tout changé au Centre de services scolaire de la Riveraine qui a dû repenser l’ensemble de ses modes de fonctionnement. Le plan actualisé de la rentrée déposé par le ministère de l’Éducation du Québec était très attendu.

Le Centre de services scolaire de la Riveraine a son plan de match. Tous les élèves retrouvent cet automne leur poste d’étude. Tout est en place au bloc de départ, estime Pascal Blondin, le directeur général du Centre de services scolaire de la Riveraine. « Les changements importants, on les avait anticipés ».

Des mesures sanitaires renforcées

La marche à suivre pour la rentrée est maintenant confirmée. Au premier plan, le port du couvre-visage est obligatoire à partir de la 5e année et pour tout le personnel, tous les adultes et dans tous les lieux intérieurs communs. Il ne l’est pas dans les classes.

« C’est l’orientation qu’on voulait prendre pour nos élèves du secondaire à cause de la logistique des déplacements », affirme M. Blondin. Le masque sera aussi obligatoire dans le transport scolaire pour les enfants âgés de plus de 10 ans. Les récréations extérieures se prennent sans masque.

La formule des groupes-classes – des bulles –  change, de sorte que la bulle sera maintenant la classe au complet. Les directions d’écoles en sont soulagées.

« On savait que ce serait difficile à gérer », précise M. Blondin. À l’intérieur de la classe, aucune mesure de distanciation physique n’est prescrite.

« Ce qui a fonctionné ce printemps vaudra aussi pour cet automne : le lavage des mains et la rotation des horaires à la cafétéria par exemple » précise Pascal Bonin.

Les cours optionnels sont maintenus, même si certaines options vont être revues. « Il y a des options qu’on doit laisser tomber, COVID ou pas. C’est souvent un défi particulier » poursuit-il.

Parents craintifs?

Les parents s’inquiètent quand même pour la santé de leurs enfants. Et la leur… « Assurément qu’il y aura certaines craintes des parents, des élèves et membres du personnel. On s’attend à ce que la grande majorité de nos élèves soient présents. Il y aura des demandes d’exemptions » croit-il.

Les enfants à risque ou qui vivent avec un parent à risque pourront faire appel à l’enseignement à distance sur présentation d’un billet médical. Les parents seront aussi informés des cas déclarés dans les écoles et les classes.

En cas d’éclosion, une école pourra fermer ses portes et basculer vers l’enseignement à distance. « On est en train de préparer le protocole d’urgence s’il y a confinement partiel, ou total et les mesures de prévention qui devront être mises en place », nous dit Pascal Blondin, directeur de la Riveraine.

La Fédération nationale des enseignants et enseignantes du Québec estime que le défi sera de faire respecter tout ça. « Les syndicats semblent être assez favorables aux annonces qui ont été faites », fait remarquer M. Blondin, à qui le gouvernement promet d’avoir en main les sommes nécessaires pour couvrir les dépenses liées aux besoins des élèves plus vulnérables, qui sont en difficulté d’apprentissage, en difficultés comportementales ou en rattrapage scolaire. Québec qui a annoncé le 17 août dernier, 20 M$ pour le rattrapage scolaire. L’équivalent du salaire de 350 professeurs à temps plein. C’est peu, estiment plusieurs, si on considère que le Québec compte des milliers d’écoles primaires et secondaires.

 

Tout le monde à son poste ?

Le plus gros défi sera « de s’assurer d’avoir tous nos effectifs pour répondre aux besoins », poursuit M. Blondin. Il a en mémoire les pénuries de personnel de la rentrée printanière. « Quand on a terminé l’année, on a dû aller chercher du personnel au secondaire pour venir soutenir le primaire. Pour la rentrée, on ne pourra pas refaire la même chose », s’inquiète Pascal Blondin.

 

La Riveraine: beaucoup de monde et un vaste territoire   

La Riveraine couvre un large territoire. Il est délimité par Pierreville au sud, Deschaillons-sur-Saint-Laurent au nord et Saint-Léonard-D’Aston à l’est. Il réunit près d’une trentaine d’écoles préscolaires, primaires, secondaires, centres d’éducation aux adultes et de formation professionnelle, de même que des centres administratifs.

La Riveraine emploie 800 personnes, dont 400 enseignants. Ils répondent aux besoins de 5 500 élèves des niveaux passe-partout, préscolaire, primaire et secondaire. Ajoutons à cela, les 4 000 étudiants inscrits en formation des adultes et professionnelle en présentiel et à distance.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires