Le Centre-du-Québec « tanné » d’être sous-valorisé

Photo de Marie-Ève Veillette
Par Marie-Ève Veillette
Le Centre-du-Québec « tanné » d’être sous-valorisé
Le PDG de la Fédération des Chambres de commerce du Québec, Charles Milliard, en compagnie de Sébastien Angers, Nathalie Rochefort et Philippe Dumas de la Chambre de commerce et d'industrie du Coeur-du-Québec. (Photo : (Photo Marie-Eve Veillette))

RÉGIONAL. Charles Milliard, président-directeur général de la Fédération des Chambres de commerce du Québec, est présentement en tournée dans le Centre-du-Québec.

Il y réalise quelques visites d’entreprises, accompagné d’acteurs politiques et économiques locaux, notamment les directrices générales des Chambres de Commerce et d’industrie  Bois-Francs Érable, Drummond et Cœur-du-Québec.

Lundi matin, il était de passage à Princeville et Daveluyville, où il a visité respectivement la Jardinerie Fortier et l’entreprise Julien Beaudoin. Il a ensuite pris la route vers Bécancour, afin d’y visiter la Distillerie du Quai et la microbrasserie Ô Quai des Brasseurs.

En après-midi, il a rencontré la mairesse de Nicolet et préfète de Nicolet-Yamaska, Geneviève Dubois, avant de visiter l’entreprise Eddy Floor Tools. Enfin, mardi, il s’arrêtera au Centre national intégré du manufacturier intelligent et à la microbrasserie Le BockAle, tous deux situés à Drummondville.

Un inventaire des enjeux

« On fait une tournée de l’ensemble du Québec. C’est notre troisième arrêt. On veut dresser l’inventaire des enjeux actuels des entrepreneurs [en allant] voir les membres corporatifs des Chambres de commerce », explique M. Milliard, qui souligne l’importance d’un tel exercice après deux ans de pandémie et dans un contexte d’année électorale.

Les nombreuses visites qui seront effectuées aideront la Fédération à trouver des pistes de solutions et des exemples à suivre pour répondre aux enjeux identifiés. Le principal est la pénurie de main-d’œuvre. « On essaie de voir quels sont les principaux leviers qu’il faut actionner pour essayer de l’enrayer le plus rapidement possible », admet M. Milliard, évoquant, parmi ces leviers, l’immigration, la valorisation des travailleurs expérimentés ou encore la requalification de la main-d’œuvre.

En ce qui concerne le Centre-du-Québec plus particulièrement, le PDG de la Fédération a remarqué un enjeu unique: « Les gens, ici, estiment qu’il y a une sous-valorisation de la région. Souvent, au gouvernement, elle est encore un peu associée à la Mauricie, même si ça fait déjà plus de 20 ans [que le Centre-du-Québec est devenu une région administrative indépendante] », verbalise-t-il.

« Je pense qu’il y a quelque chose à faire », ajoute-t-il, faisant valoir que la région possède de nombreux atouts, notamment avec son volet agricole et la poussée « de jeunes entrepreneurs qui veulent réussir ».

« [L’enjeu], c’est d’être capable d’amener les gens ici, [de faire du Centre-du-Québec] une région de destination, d’avoir des produits d’appel et de les faire circuler. Ça demande un peu de marketing, mais aussi du support gouvernemental et des infrastructures appropriées. »

Rappelons que Charles Milliard est PDG de la Fédération des Chambres de commerce du Québec depuis janvier 2020.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires