La saga de la route 226…

Photo de Marie-Ève Veillette
Par Marie-Ève Veillette
La saga de la route 226…
Détour. (Photo : (Photo Marie-Eve Veillette))

SAINTE-SOPHIE-DE-LÉVRARD.  Les municipalités de Sainte-Sophie-de-Lévrard et de Sainte-Marie-de-Blandford s’impatientent. Depuis un an, la route 226 qui les relie est fermée à la circulation puisqu’un ponceau doit être reconstruit. Or, les ministères concernés demandent étude par-dessus étude, ce qui repousse toujours plus loin le début des travaux.

C’est la municipalité de Sainte-Sophie-de-Lévrard qui doit les réaliser. Mais avant, elle doit se conformer à diverses exigences qui lui permettront, entre autres, d’obtenir son certificat d’autorisation du ministère de l’Environnement pour entreprendre les travaux.

« Plusieurs exigences nous ont été demandées, dont une étude portant sur la faune et maintenant, une autre étude portant sur la flore, indique la municipalité de Sainte-Sophie-de-Lévrard. Or, ces études peuvent se faire seulement entre la fin mai et la fin juillet. »

Autre tuile dans ce dossier: la présence de certaines espèces de poissons dans la rivière fait en sorte que les travaux de reconstruction ne peuvent se dérouler qu’entre le 1er août et le 15 septembre… L’échéancier est serré et tout retard pourrait compromettre une réalisation en 2022. Et cela, les municipalités de Sainte-Sophie-de-Lévrard et de Sainte-Marie-de-Blandford veulent l’éviter à tout prix. Les impacts socio-économiques découlant de cette entrave sont considérables.

« Il y a un coût et des enjeux de sécurité [dont il faut tenir compte], souligne Ginette Deshaies, mairesse de Sainte-Marie-de-Blandford. Les routes de détour ne sont pas adaptées à du transport lourd. On a beau essayer, mais les rendre sécuritaires, ce n’est pas évident. »

L’une de ces routes est en gravier. « On a investi 100 000$ pour la rétablir. Ce n’était pas prévu au budget. Mais on a le souci de rendre ça sécuritaire à cause du transport scolaire et adapté qui passe par là. »

Le détour a également un impact sur les services d’urgence. D’ailleurs, les résidents du secteur du lac Rose ont été avisés par leurs assureurs que leur prime augmenterait, étant donné la plus grande distance qui les séparent de la caserne des pompiers.

Détour fermé

Avec l’arrivée du printemps, le chemin de détour risque par ailleurs de s’abîmer à la vitesse grand V. Pour cette raison, les rangs Oasis et St-Ovide Ouest, qui font partie du détour, sont désormais fermés temporairement, et ce, pour une durée indéterminée. Les municipalités de Sainte-Sophie-de-Lévrard et de Sainte-Marie-de-Blandford ont opté pour cette mesure « parce que ces routes ne sont pas conçues pour accueillir une augmentation de trafic pendant la période de dégel ». Cela « endommage davantage les infrastructures », qui deviennent ainsi « impraticables ».

Les deux municipalités voisines ont levé le drapeau rouge auprès des ministères concernés et du député. Elles demandent l’accélération des études et la collaboration des tous les ministères dans ce dossier. « S’ils n’accélèrent pas, on se ramasse à l’an prochain », déplore Jean-Guy Beaudet, maire de Sainte-Sophie-de-Lévrard.

« On ne peut plus reporter, renchérit Ginette Deshaires. Que le ministère arrête de regarder les grenouilles! Il était déjà là, le pont! Ils disent qu’on est maître chez nous, mais on ne l’est pas vraiment. C’est aberrant… »

La MRC de Bécancour et les municipalités voisines ont adopté récemment des résolutions d’appui à la demande de Sainte-Sophie-de-Lévrard et de Sainte-Marie-de-Blandford, conscientes que la situation affecte une portion importante du réseau routier dans le secteur des Seigneuries.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires