Yann Mathieu continue de s’imposer

Photo de Jonathan Cossette
Par Jonathan Cossette
Yann Mathieu continue de s’imposer
Yann Mathieu vient de remporter le premier tournoi de la Ligue provinciale à Repentigny. (Photo : courtoisie)

GRAND-SAINT-ESPRIT. Yann Mathieu avait pris sa retraite de tennis en fauteuil roulant en 2011, mais ça ne se ressent pas vraiment depuis son retour au jeu. Celui qui a pris le troisième rang du Championnat canadien de Calgary vient de remporter le premier tournoi de la Ligue provinciale à Repentigny.

En effet, mise sur pause par l’arrivée de la COVID-19 en sol canadien, la saison 2020 de tennis en fauteuil roulant s’est finalement amorcée le 8 août dernier au parc Chamberland. Le natif de Grand-Saint-Esprit a remporté la compétition, défaisant Jean-Paul Melo en deux manches identiques de 6-4 lors de la grande finale.

«Ç’a très bien été, même s’il faisait vraiment chaud. J’ai battu mon camarade de Montréal en deux sets. C’est comme le vélo, ça ne se perd pas. Ça prend beaucoup de matchs pour se remettre en forme par contre. J’ai été agressif aux bons moments et lors des points importants, je n’ai pas été trop nerveux. On est vraiment égal Jean-Paul (Melo) et moi. Il est quand même troisième au Canada présentement», lance-t-il d’emblée.

«Lorsque j’ai participé aux Championnats canadiens en 2018, j’ai terminé en troisième place et je ne pensais jamais que je pourrais revenir troisième au Canada un jour. Ça m’a vraiment redonné le goût de recommencer à jouer. C’est sûr que la compétition me manquait, et la gang aussi. Ça me permet aussi de garder la forme et je me suis rendu compte que je peux encore compétitionner, alors c’est le fun. Je suis toujours resté dans le milieu et j’ai toujours conservé la passion.»

Celui qui est entraîneur de tennis de longue date avait fait un retour en force en 2019, gagnant trois des quatre tournois de la Ligue provinciale, ainsi que les Championnats québécois. Il ne cache pas son désir de reprendre la route pour disputer quelques tournois d’envergure lorsque la pandémie sera sous contrôle.

«C’est certain que j’aimerais participer à des compétitions autour, celles où je peux aller en voiture. Je voudrais aller en faire quelques-uns en Ontario et aussi de l’autre côté de la frontière, jusqu’à New York. Ça dépend toujours du budget, mais Parasports Québec nous aide un peu. C’est drôle, car étant donné que je viens de revenir au jeu, Parasports Québec m’a donné le statut d’Athlète – Relève (rires). Je repars au bas de l’échelle», confie-t-il.

«J’ai encore la flamme, vraiment. C’est le fun d’appliquer ce qu’on pratique. C’est le fun de choisir le coup à faire et de toujours penser à comment faire le point. J’aime tout l’aspect stratégique du tennis. En avance 40 à 15, je peux être plus agressif. Si je suis en arrière 15-30, je vais faire plus attention et être plus concentré. Au service, il faut varier nos stratégies sinon l’adversaire s’habitue. C’est le fun le tennis!»

Ses prochains rendez-vous auront lieu au Stage IGA, à Montréal, le 17 septembre prochain. Le dernier tournoi de la saison se tiendra en sol trifluvien, chez Tennis 3R, le 23 octobre.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des