Vivre dans Nicolet-Bécancour : Marie-Noëlle Cyrenne, Gentilly

Par superadmin
Vivre dans Nicolet-Bécancour : Marie-Noëlle Cyrenne, Gentilly
Marie-Noëlle Cyrenne est copropriétaire de la Tabagie Gentilly.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Marie-Noëlle Cyrenne a «Gentilly» tatoué sur le cœur! Native de ce coin de pays, elle dit être sincèrement attachée au dynamisme de cette petite communauté qui fait sa fierté.

C’est d’ailleurs pour s’enraciner encore plus dans son patelin que la jeune femme a décidé de laisser tomber son boulot de designer d’intérieur à Cap-de-la-Madeleine pour acheter, en compagnie de son conjoint et d’un ami, la tabagie locale, il y a presque deux ans. «La tabagie était sur le point de fermer, après 32 ans d’activités. On trouvait que ça laisserait un vide à Gentilly, puisqu’il n’y avait pas de dépanneur au centre du village. De plus, le moment était bon pour nous, puisque je terminais un deuxième congé de maternité et que je ne voulais pas retourner travailler sur la rive nord», raconte la jeune femme.

Le trio a investi beaucoup d’argent pour transformer son acquisition – qui comprenait un club vidéo – en un dépanneur beaucoup plus complet employant six personnes. «On a aussi augmenté les heures d’ouverture. Maintenant, on est ouvert de 6h30 à 23h tous les jours.»

Vive le Carnaval!

En plus de s’occuper de son entreprise, Marie-Noëlle Cyrenne s’implique activement dans diverses activités locales, dont le Carnaval de Gentilly, pour lequel elle a déjà été duchesse. Cette année, elle a fait partie du comité organisateur de la populaire activité «Playa Carnaval», qui avait lieu le 22 novembre dernier. Ce méga «beach party» soulignait les 40 ans de ce prestigieux Carnaval.

«Cette soirée a demandé beaucoup de préparation, mais ça a valu la peine! J’ai pu revoir plein de gens qui se sont déjà impliqués dans l’événement. C’était vraiment bien.»

Visiblement encore emballée par cette soirée mémorable, Marie-Noëlle Cyrenne ajoute qu’elle continuera à investir de son temps pour dynamiser son milieu. «Je suis attachée à Gentilly. C’est chez moi», conclut-elle.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des