Une nouvelle vocation pour le Grand Séminaire de Nicolet

Photo de Sebastien Lacroix
Par Sebastien Lacroix
Une nouvelle vocation pour le Grand Séminaire de Nicolet
Sylvie Carrier, directrice de la MDF, Mgr André Gazaille, évêque de Nicolet, et l’abbé Gilles Mathieu, prêtre supérieur du Grand séminaire de Nicolet. (Photo : courtoisie)

NICOLET. À l’issue d’une journée qui rassemblait toutes les personnes faisant partie des équipes pastorales, dans les paroisses du diocèse de Nicolet, qu’a été inauguré la Maison diocésaine de formation dans les murs du Grand Séminaire de Nicolet.

Si elle a reçu quelques groupes l’an dernier, il s’agit cette année de la première véritable rentrée pour l’institution qui offrira une programmation variée pour les personnes qui souhaitent approfondir leur expérience spirituelle dans ce lieu de rassemblement, de ressourcement, d’accompagnement et de formation.

Pour la programmation 2018-2019, on y proposera des activités qui touchent l’écoute en profondeur au quotidien, l’univers de la Bible, la vie spirituelle, l’accompagnement en fin de vie, la prière, le sens de l’avent dans l’espérance chrétienne, etc. On compte également accueillir environ 25 groupes qui proviendront des quatre coins du Québec.

Ce projet arrive d’ailleurs à point nommé alors que le diocèse cherchait à donner une nouvelle vocation au Grand Séminaire de Nicolet qui accueillait jadis les aspirants à la prêtrise. Les lieux ont été peu à peu été délaissés au fil des ans, alors que les séminaristes ont été envoyés ailleurs.

Au cours des dernières années, on y comptait 10 à 12 résidents. Ce qui n’est pas assez pour faire fonctionner l’établissement. C’est pourquoi on cherchait un autre projet pour lui donner une seconde vie.

C’est alors qu’en 2016, est survenue la fermeture de la Maison Marie-Reine-de-Cœurs, à Drummondville, suivant le départ des pères Montfortains. «On s’en servait abondamment et c’est de là qu’est venu l’idée de transformer le Grand Séminaire en une maison de formation diocésaine, a expliqué l’évêque Mgr André Gazaille. Le projet a été très bien accepté par les résidents d’ici, qui voulaient continuer d’y vivre et ils étaient même d’accord pour s’impliquer dans le projet.»

Plusieurs objets et œuvres d’art, dont ont dû se départir les Sœurs de l’Assomption, l’été dernier, y ont également trouvé une place de choix dans l’établissement à caractère religieux.

La mairesse de Nicolet Geneviève Dubois a accueilli le projet à bras ouverts. « Vous ne pouviez pas trouver meilleur endroit pour y établir ce lieu. Vous le savez, Nicolet est zoné divin!», a-t-elle rappelé, déclenchant les rires dans l’assemblée.

«Les institutions religieuses ont joué un grand rôle dans l’histoire de Nicolet qui fêtera ses 350 ans en 2022. Avec la Maison diocésaine de formation, cette mission se poursuit encore aujourd’hui, a-t-elle ajoutée. Nous avons eu et nous avons encore plusieurs bâtiments à vocation religieuse. Ça représente un défi important pour nous et c’est un exemple inspirant de ce que peuvent devenir les bâtiments. Vraiment, je souhaite longue vie à la Maison.»

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Monique Gill
Monique Gill
2 années

J’aimerais être tenue au courant des différentes activités.

Jacinthe Lafrance
Jacinthe Lafrance
2 années
Répondre à  Monique Gill

Vous pouvez suivre les annonces dela programmation sur le site du diocèse de Nicolet ou sur la page Facebook de la Maison diocésaine de formation. http://www.diocesenicolet.qc.ca/maison-de-formation/programmation/
https://www.facebook.com/MDF.Nicolet/