Une journaliste intimidée lors d’une manifestation

Photo de Rédaction - Le Courrier Sud
Par Rédaction - Le Courrier Sud
Une journaliste intimidée lors d’une manifestation
(Photo : Marie-Eve Veillette)

RÉGION. La Fédération professionnelle des journalistes du Québec, section Mauricie, dénonce vivement le traitement qui a été réservé à la journaliste de TVA Trois-Rivières, Patricia Hélie, sur les lieux de la manifestation du syndicat des travailleurs de l’Aluminerie de Bécancour, ce mardi à Trois-Rivières.

À la suite d’un point de presse donné par les représentants syndicaux, elle a été vivement invectivée par de nombreux manifestants, de toute évidence mécontents de certains reportages ayant été diffusés récemment à TVA Trois-Rivières et dans d’autres médias. On l’a non seulement injuriée, mais on s’en est également pris à elle quand on lui a passé d’énormes drapeaux dans le visage, en plus de commettre d’autres gestes qui lui ont, à certains moments, fait craindre pour sa sécurité.

De tels comportements sont absolument intolérables dans une société comme la nôtre. Les journalistes de la région couvrent ce conflit de travail depuis le début du lock-out et ce n’est pas la première fois qu’ils nous rapportent avoir été injuriés ou intimidés, certains de ces gestes ayant même été, à une reprise, filmés et diffusés sur les réseaux sociaux.

« Les journalistes ne cèderont jamais devant ce genre d’intimidation. Nous comprenons la frustration des lockoutés, mais rien n’excuse ce genre de comportement » a déclaré Stéphane Giroux, président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec.

Les journalistes ont droit à un environnement de travail sécuritaire et respectueux, comme tout travailleur. Si les gestes d’intimidation doivent se répéter, nous n’hésiterons pas à en référer aux autorités compétentes.

«Nous invitons l’exécutif du syndicat des travailleurs de l’ABI à lancer un appel au calme auprès de leurs membres, et à laisser les journalistes faire leur travail, en tout respect pour le droit du public à l’information. Nous comprenons que le lock-out vécu par les travailleurs de l’ABI depuis plus de 14 mois engendre de la tension et de la frustration chez plusieurs d’entre eux, mais nous ne tolérerons pas que nos collègues se fassent intimider de la sorte simplement parce qu’ils font leur travail, c’est à dire informer le public de façon objective en tentant d’obtenir tous les points de vue», a déclaré la présidente de la FPJQ-Mauricie, Paule Vermot-Desroches.

Partager cet article

2
Laisser un commentaire

avatar
2 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Yan Charette Recent comment authors
  S'inscrire  
newest oldest most voted
Me notifier des
trackback

[…] semble qu’une journaliste ne se soit pas sentie bien accueillie ce matin au départ de la marche. Cela est regrettable. Les journalistes ont un travail à faire […]

Yan Charette
Guest
Yan Charette

Les gestes poser vont avec la maniere des publication de cest merveilleux journalistes qui pour avoir des côte d’écoute spectaculaire font un montage pour que la population se fâche contre les syndiqués et ne dusent pas les vrai chose. Je crois normal quils n’aient pas la buenvenue surtout apres nombres de publications fausse et eronnées depuis le debut du lock-out. De toute facon tout débat ou crise viennent d’eux. Pas de journalistes bonne nouvelles. Ils nont qua dire la vérité