Une fresque à la chapelle du Port-Saint-François

Photo de Marie-Ève Veillette
Par Marie-Ève Veillette
Une fresque à la chapelle du Port-Saint-François
Gérard Salvas en compagnie de Maxim Charland. (Photo : Marie-Eve Veillette)

NICOLET. Les portes accordéon situées derrière l’autel de la chapelle du Port-Saint-François sont choses du passé. Elles ont laissé la place à un lever de soleil aux teintes apaisantes.

Pour donner ce coup de fraîcheur au décor, le comité de gestion de la chapelle du Port-Saint-François a fait appel au talent de l’artiste muraliste nicolétain Maxim Charland. L’œuvre, d’une dimension de 10X24 pieds, a été réalisée dans la première semaine du mois de septembre.

«On a approché Maxim (Charland) en février dernier, raconte Gérard Salvas, président du Comité. On avait hâte que le projet se concrétise, mais la pandémie nous a obligés à patienter un peu!»

C’est lors de la messe du 6 septembre que les paroissiens ont pu découvrir cette nouveauté. «Mis à part les membres du Comité, personne n’était au courant du projet. Les gens sont restés surpris et on a eu plein de bons commentaires. Celui qui est revenu le plus souvent, c’est que c’était reposant», poursuit M. Salvas.

L’artiste s’est inspiré d’une photo prise par le photographe Alain Rock, de Nicolet, pour réaliser la fresque, qui représente une vue du fleuve à partir du quai, aux petites heures du matin. «C’est vrai que c’est reposant», mentionne Maxim Charland, qui a privilégié un lever du soleil pour «le renouveau» que cela représente.

L’œuvre a été peinte sur une surface de bois et de béton friable. Elle a été réalisée à l’aide de canettes de peinture; l’outil de prédilection de Maxim Charland, qui signe plusieurs autres fresques à travers la Ville de Nicolet et la région.

Gérard Salvas en compagnie de Maxim Charland.
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des