Une expérience saisissante pour sensibiliser les jeunes à la violence amoureuse

Photo de Sébastien Lacroix
Par Sébastien Lacroix
Une expérience saisissante pour sensibiliser les jeunes à la violence amoureuse
Dominique Bélanger, la coordonnatrice du projet au Conseil des Abénakis de Wôlinak. (Photo : Sébastien Lacroix)

ODANAK. Près de 500 jeunes sont passés par «les couloirs de la violence amoureuse» au cours des derniers jour à l’institut Kiuna. Un labyrinthe interactif où ont circulé les élèves de 4e et 5e secondaire pour être sensibilisés aux différentes étapes qui mènent à la violence amoureuse.

Une expérience immersive saisissante, qui se déroule dans un univers multimédia et qui a pour but de leur faire prendre conscience des signes précurseurs. En place du 4 au 21 février, l’activité a accueilli les étudiants des trois écoles secondaires de la Riveraine, du CNDA et quelques groupes communautaires.

En tout, ce sont 16 tableaux qui sont présentés aux jeunes. On traite d’abord des débuts idylliques d’une relation qui s’envenime rapidement par la manipulation et qui va en escalade jusqu’aux menaces et aux voies de fait.

Le tout se termine en présence de deux vrais policiers qui sont sur place pour discuter avec les jeunes. Un premier qui fait une simulation d’une vraie arrestation et un second qui le fait comparaître devant un juge qui prononcera sa sentence.

Les jeunes discuteront ensuite de l’impact de la sentence, mais également sur la vie de la victime et de la réputation de l’agresseur qui sont par la suite à rebâtir.

Une fois que les jeunes ont passé par les couloirs, il y a un court bilan qui est fait pour ne pas les laisser partir comme ça. Une période au cours de laquelle on fait un retour sur la visite et on y présente du vidéo «24 heures texto».

Un suivi se fait aussi dans les écoles avec les intervenants. Dans certains cas, des dénonciations sont enregistrées à la police par la suite. Ça d’ailleurs été le cas d’au moins une jeune fille qui a enregistré une plainte après être passé par l’activité présentée à Odanak, a-t-on pu apprendre sur place.

Les «couloirs de la violence amoureuse» font en tout 35 pieds par 24 pieds. On y trouve des décors qui présentent la réalité des jeunes. Que ce soit la chambre de la jeune fille, sa garde-robe, son journal intime,  des casiers, ou encore différents objets tel que des miroirs déformants, des téléphones, des stroboscopes, et des téléviseurs où sont projetées des mises en situation.

Le projet a été implanté en 2008 au Lac Saint-Jean et il se promène un peu partout au Québec depuis ce temps-là. Sa venue dans la région a été financée par le Conseil des Abénakis de Wôlinak et d’Odanak, la Riveraine et le député Louis Plamondon.

«Il y en a que ça les pognes vraiment, ça les déstabilise. D’autres qui trouvent ça plus comique, mais qui rient jaune. En général, ils sortent de là en étant bien au fait de ce qu’est la violence. Il y en a souvent qui vont nous dire, « je connais ça », « j’ai vécu ça » ou « J’ai été agresseur un moment donné et je me rends compte que ce n’était pas correct ce que je faisais ». D’autres nous ont dit « on vit ça à la maison. Ce sont nos parents qui font ça ».», raconte Dominique Bélanger, la coordonnatrice du projet au Conseil des Abénakis de Wôlinak, qui a fait venir les Couloirs dans la région. Je considère que c’est un succès, autant pour les jeunes que pour les enseignants qui les accompagnent qui seront plus à l’affût de voir si un étudiant va moins bien.»

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des