Un vingtième recueil de poésie pour Pierre Chatillon

Par Frédéricke Gervais
Un vingtième recueil de poésie pour Pierre Chatillon
Pierre Chatillon.

NICOLET. C’est dernièrement, à l’hôtel de ville de Nicolet, que l’artiste Pierre Chatillon lançait son vingtième recueil de poésie Bestiaire.

«Ce sont des animaux qui illustrent les travers des humains, comme des fables et des caricatures. C’est très drôle, il y a beaucoup d’humour et c’est très rare. Les poèmes sont souvent sérieux, assez ennuyeux et même abstraits, mais pas celui-ci, il se lit tout seul», détaille d’entrée de jeu l’auteur.

Cette compilation de 40 poèmes présente 40 portraits d’animaux réels et chimériques, comme la licorne ou le loup-garou. Chaque animal vient décrire les travers de la race humaine.

«Si on prend le premier, c’est l’oiseau du paradis qui se retrouve sur la couverture. Il n’a pas d’affaire dans un bestiaire. C’est une plante. Et comme il dit: « Je n’ai jamais accepté d’être une fleur, se plaint l’oiseau du paradis, je suis d’abord et avant tout un oiseau. Bien sûr, j’ai des racines et ne peux m’envoler, bien sûr, je ne chante pas, mais oublions tous ces détails sans importance, la vérité est si je me donnais la peine de pratiquer un peu, je gazouillerais avec plus d’harmonie et de virtuosité que le moqueur polyglotte »», cite de son ouvrage M. Chatillon.

On peut comparer ces écrits à de courtes pièces de théâtre. C’est une première, pour cet auteur, de publier un livre sur un ton plus humoristique. «Je m’améliore en vieillissant; je suis très content de retrouver l’enfant turbulent et moqueur que j’étais!», plaisante-il.

Ça lui aura pris un bref mois et demi pour écrire l’entièreté de ce livre de 120 pages. Parmi ses démarches, on compte ses nombreuses recherches sur le web où il a pu se familiariser aux différents symboles des bêtes qui lui auront stimulé l’imagination.

On peut retrouver Bestiaire dans toutes les librairies.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des