Un troisième véhicule électrique en autopartage pour Nicolet

Par Boris Chassagne | Initiative de journalisme local
Un troisième véhicule électrique en autopartage pour Nicolet
Une camionnette électrique de greffe au projet-pilote de Services écologiques intelligents et transport électrifié (SÉiTé) déployé par la Ville de Nicolet. (Photo : courtoisie)

NICOLET. Un troisième véhicule électrique (VÉ) va, dès le printemps prochain, s’ajouter à la flotte d’autopartage de la Ville de Nicolet grâce à une subvention du Fonds municipal vert (FMV) géré par la Fédération canadienne des municipalités (FCM).

Nicolet mettra cette fois à la disposition de sa population une camionnette électrique dans le cadre de son projet-pilote de Services écologiques intelligents et transport électrifié (SÉiTé). Ce véhicule, propriété de l’équipe des Services à la communauté, sera comme pour les deux autres VÉ de Nicolet offert en location les soirs et les weekends aux citoyens, à un coût variant entre 5$ et 7$ par heure. Les citoyens devront utiliser la plateforme de réservation SAUVéR qui devrait de nouveau être offerte au printemps 2021. Une plateforme à laquelle ont adhéré les municipalités de Plessisville, Nicolet, Bromont, Rivière-du-Loup, Sainte-Julienne et Témiscouata-sur-le-Lac en 2017. Elles ont d’ailleurs été les premières au Québec à le faire.

Il faut le dire, la pandémie aura quelque peu refroidi les ardeurs du projet SÉiTé de Nicolet. «C’était un peu difficile de s’assurer que les véhicules étaient bien désinfectés», précise Geneviève Dubois, mairesse de Nicolet. Il s’est aussi écoulé «un certain temps entre l’acquisition des voitures et les partages. Mais ceux qui l’utilisaient (avant la pandémie) le faisaient fréquemment. On ne loue pas ça pour le weekend. On s’adresse à une autre clientèle», précise Mme Dubois.

Le coût total du projet est estimé à 118 000$. La Ville de Nicolet devra quant à elle débourser 39 000$. Cette somme sera affectée au système de réservation, aux bornes de recharge, abris et équipements nécessaires au bon fonctionnement du SÉiTé. «Il ne faut pas négliger les petits gestes qui font la différence», affirme Mme Dubois. Elle cite du même souffle les efforts que déploie Plessisville, qui s’est jointe à cette seconde phase du SÉiTé, tout comme Prévost, Saint-Charles-sur-Richelieu, Saint-Fulgence, Val-des-Monts, Varennes et la firme YHC Environnement. «Nous démontrons notre volonté de prioriser l’utilisation d’équipements écologiques et l’électrification des transports», souligne la mairesse Geneviève Dubois.

Nicolet envisage aussi de convertir à l’électrique certains de ses camions municipaux. «On est dans ce projet-là depuis quelques années. Ce n’est pas évident. On reste à l’affut des opportunités». Difficile toutefois à envisager pour les camions de collecte sélective de la Régie intermunicipale de gestion intégrée des déchets Bécancour-Nicolet-Yamaska, en raison des énormes distances à couvrir.

Le projet SÉiTé s’inscrit dans un contexte plus global d’initiatives vertes menées par la Ville de Nicolet. Ce projet participe aux efforts de réduction des GES que mène Nicolet. La Ville a déjà atteint sa cible de réduction de 20% de GES l’an dernier, devançant ses prévisions de 12 mois, précise Mme Dubois. Une mairesse qui devrait d’ailleurs être certifiée «leader climatique» en compagnie de 93 élus municipaux de toutes les provinces et territoires canadiens avant la fin de l’année, via une formation dispensée par la Fédération canadienne des municipalités à Ottawa.

Le Fonds municipal vert a, depuis de 20 ans, distribué près d’un milliard de dollars. Ce FMV a contribué à la réalisation de plus de 1360 projets à travers le pays. Pour Garth Frizzell, président de la FCM et conseiller de la ville de Prince-George en Colombie-Britannique, « il est crucial d’agir sur le terrain. Les municipalités de toutes tailles appliquent des solutions vertes qui sont parmi les plus innovantes au pays. »

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires