Un soupir de soulagement pour l’APDI 

Photo de Stéphanie Paradis
Par Stéphanie Paradis
Un soupir de soulagement pour l’APDI 
Incendie à la Place du 21-mars le 20 septembre 2021 à Nicolet. (Photo : Courtoisie)

NICOLET.  Le 20 septembre dernier, la Place du 21-mars a été la proie des flammes, et plusieurs entreprises et organismes ont subi les contrecoups de l’incendie. L’Association des personnes déficientes intellectuelles (APDI) Bécancour-Nicolet-Yamaska n’a pas fait exception.

L’APDI est un organisme qui a pour mission d’apporter un soutien à toutes personnes adultes vivant avec une déficience intellectuelle. Les 43 participants inscrits à l’APDI n’ont pas pu fréquenter leurs activités dans la dernière semaine. Cependant, bonne nouvelle pour eux ainsi que pour les intervenantes: tous pourront reprendre les activités dès lundi prochain!

Manon Bourbeau, directrice générale de l’APDI, devait rapidement trouver une solution pour maintenir ses activités, alors qu’elle ne savait pas en début de semaine ce qu’il advenait de son local. La communauté s’est rapidement mobilisée afin de soutenir l’organisme, tel qu’il a été mentionné sur les réseaux sociaux de l’APDI.

« L’APDI désire vivement remercier les personnes qui ont démontré leur solidarité envers nous suite à l’incendie majeur qui a ravagé le bâtiment adjacent au nôtre tout en nous écorchant au passage. Merci à la CDC Nicolet-Yamaska qui s’est décarcassée pour trouver des locaux assez grands pour nous recevoir et aux organismes qui nous ont laissé leur plage horaire de location (CAB et Lu-Nid). Merci à la Ville de Nicolet et à sa mairesse, Geneviève Dubois pour avoir ouvert l’hôtel de ville à nos sinistrés et pour ses propos encourageants ainsi qu’à Geneviève Duval pour son soutien », pouvait notamment lire sur la page Facebook de l’APDI.

« Il y aura pas mal de travaux, parce que la fumée s’est introduite partout. Il y aura également toute une période de nettoyage des surfaces où de la suie s’est déposée ainsi que des conduits de ventilation » explique Mme Bourbeau.

« Au rez-de-chaussée, nos bureaux sont situés contre le mur mitoyen qui est imbibé d’eau. Ils vont devoir démolir le bas des murs, les assécher et appliquer de l’antifongique, pour reconstruire par la suite. Ça va être relativement long », poursuit la directrice générale.

« Cependant, comme c’est concentré dans nos bureaux, on va pouvoir recommencer nos activités! Ça nous rassure beaucoup et ça rassure notre clientèle », conclut Mme Bourbeau.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires