Un relais pour la vie 2.0 dans Nicolet-Bécancour

Photo de Marie-Ève Veillette
Par Marie-Ève Veillette
Un relais pour la vie 2.0 dans Nicolet-Bécancour
Renée Gosselin, directrice régionale de la SCC, Serge Champagne, président du comité organisateur du Relais pour la vie Nicolet-Bécancour, Marjolaine Arsenault, présidente d'honneur et Denis Vouligny, ex-président d'honneur et conseiller municipal à la Ville de Bécancour. (Photo : Marie-Eve Veillette)

NICOLET-BÉCANCOUR. Le 13e Relais pour la vie de la Société canadienne du cancer (SCC) de Nicolet-Bécancour aura lieu le 13 juin prochain au terrain des loisirs de Bécancour (secteur St-Grégoire). L’édition de cette année fera l’objet d’un projet-pilote: elle se déroulera de midi à minuit, plutôt qu’en soirée et en pleine nuit.

«C’est une question de logistique, explique Martine Pépin, qui anime le Relais depuis maintenant une décennie. On éprouvait un peu de difficulté à recruter. On prend donc une tendance 2.0, mais on maintient toutes les cérémonies habituelles, en plus d’ajouter plusieurs nouveautés qui viendront bonifier l’expérience des participants.»

«L’événement sera festif tout en étant propice au recueillement», renchérit Serge Champagne, président du comité organisateur, qui invite toute la population à se joindre au Relais, que ce soit en tant que messager de l’espoir, d’aidant, de bénévole ou de participant dans une équipe de marcheurs. «Le fléau du cancer est présent partout. Personne ne peut se dire à l’abri d’une forme ou l’autre de cancer.»

Des propos qu’endosse le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, qui a lui-même été atteint d’un cancer par le passé: «On passe 80% de notre temps à s’occuper des affaires de tête, comme gagner de l’argent ou réussir une carrière. Bien souvent, on ne donne même pas 20% de notre énergie et de notre temps [aux affaires qui demandent du] cœur. Pourtant, c’est tellement plus important que toute réussite extérieure! C’est notre vie, nos proches…», témoigne-t-il.

Présidence d’honneur

Cette année, la présidence d’honneur du Relais pour la vie Nicolet-Bécancour a été confiée à Marjolaine Arsenault, une dame très engagée dans la communauté. «J’ai découvert très jeune ce que voulait dire le mot cancer. Il m’a volé ma mère alors qu’elle n’avait  que 43 ans. Elle était déjà maman de 14 enfants. Par la suite, le cancer s’est invité dans ma famille sans se gêner, affectant mon père, un neveu, des cousines, des cousins et, en 2019, deux de mes sœurs et un beau-frère.»

C’est donc sans hésitation qu’elle a accepté de s’impliquer activement dans cette cause. «Nous pouvons contribuer à modifier positivement la vie des personnes touchées par le cancer. Le Relais pour la vie est une occasion unique de les  côtoyer, de les soutenir, de leur apporter du réconfort et de leur dire que nous sommes là.»

Elle rappelle aussi qu’en appuyant le Relais pour la vie, nous contribuons à subventionner la recherche sur la prévention, le diagnostic, le traitement et les moyens pour faciliter la vie pendant et après la maladie, la SCC étant l’organisme qui investit le plus dans la recherche sur tous les cancers au pays. «Notre objectif est qu’un jour, plus personne n’ait à craindre le cancer», indique d’ailleurs Renée Gosselin, directrice régionale de la Société canadienne du cancer de la région Centre-du-Québec, Richelieu, Yamaska et Mauricie.

Information et inscription en ligne au www.relaispourlavie.ca. On peut aussi contacter Serge Champagne directement au 819 233-2187 ou par courriel à champagnesergio@gmail.com.

 

Objectifs 2020

-12 équipes

-120 participants

-75 messagers de l’espoir

-75 aidants

-2000 luminaires vendus

-60 000$ recueillis

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des