Un prix national au nom du poète Pierre Chatillon

Photo de Marie-Eve B. Alarie
Par Marie-Eve B. Alarie
Un prix national au nom du poète Pierre Chatillon
Pierre Chatillon. (Photo : Marie-Eve Alarie)

NICOLET. Pierre Chatillon a consacré toute sa vie à la poésie. Ce dévouement n’est pas passé inaperçu aux yeux du Festival international de poésie de Trois-Rivières qui vient d’annoncer la création du Prix national de poésie Pierre Chatillon.

Le prix nommé en hommage au poète de Nicolet et compositeur prolifique vise à favoriser l’écriture en poésie chez les gens de tout âge. Ce prix s’adressera donc aux participants de l’École nationale de poésie qui offre notamment des ateliers pendant le Festival international de poésie de Trois-Rivières. Pierre Chatillon offre d’ailleurs une bourse de 500$ au gagnant de ce prix qui porte son nom.

Pierre Chatillon et Gaston Bellemare, président du Festival international de poésie de Trois-Rivières.

«C’est un immense honneur parce que ce prix va me survivre longtemps, confie Pierre Chatillon. C’est un couronnement de carrière. J’ai commencé à écrire à 12 ans et je n’ai jamais arrêté; j’ai toujours continué de publier. La poésie est ma vie. J’écris encore tous les jours et tant que j’aurai la santé, je ne suis pas près d’arrêter.»

La poésie l’a happé au détour d’une page dans une grammaire à ses 12 ans. Pierre Chatillon y a découvert un vers de Victor Hugo. «C’était un vers en 12 pieds. Je le trouvais –et je le trouve encore– tellement beau! Les autres élèves de la classe ne l’avaient pas remarqué. Je devais être destiné à la poésie. J’aimais le rythme, les mots de ce vers. Je me suis dit que je devais essayer de faire ça. Et je le fais encore aujourd’hui», raconte-t-il.

«C’est un couronnement de carrière» – Pierre Chatillon

Au fil de sa carrière, il a publié plus d’une trentaine de livres et a collaboré à une multitude de revues littéraires. Professeur à l’Université du Québec à Trois-Rivières de 1968 à 1996, sa poésie s’ancre dans sa région et y rend hommage.

«Ma poésie, c’est le cœur du Québec. J’en parle dans tous mes livres. C’est le Lac Saint-Pierre, Trois-Rivières, le fleuve Saint-Laurent…  À mon sens, la poésie n’est pas réservée à une élite. Il faut que les poèmes soient accessibles», souligne-t-il.

C’est dans cette même lignée de pensée qu’il a conçu le parc littéraire <@Ri>L’arbre de mots<@$p> à Nicolet, il y a plusieurs années. «Ça vient un peu de mon passé de professeur, note M. Chatillon. C’est comme un cours que je donne en plein air. J’ai voulu que ce soit gratuit pour que tout le monde puisse venir voir les sculptures et lire des poèmes. C’est très accessible, même pour les personnes qui n’ont jamais lu de poésie. Je voulais et je veux encore que la poésie soit aimée et l’amener vers les gens. Je veux partager mon amour de la poésie avec les autres.»

Pierre Chatillon a encore des projets plein la tête, que ce soit dans l’écriture de poèmes ou de chansons. Il proposera de nouveau un concert à l’automne prochain. Il travaille également sur un projet dont il n’a pas voulu révéler les détails. C’est à suivre!

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des