Un nouveau radar météorologique sera construit à Sainte-Françoise

Photo de Sébastien Lacroix
Par Sébastien Lacroix
Un nouveau radar météorologique sera construit à Sainte-Françoise
Le nouveau radar Selex METEOR 1700S est prévu pour 2020. (Photo : YouTube – Environnement et Changement climatique Canada)

MÉTÉO. Environnement et Changement climatique Canada entreprend des démarches pour moderniser le radar météorologique de Villeroy, situé sur un terrain fédéral dans le 12e et 13 rang Est à Sainte-Françoise.

Celui-ci fait partie de la démarche de modernisation du réseau canadien de radars météorologiques vieillissants et passera de la bande C à la bande S. Le nouveau radar Selex METEOR 1700S est prévu pour 2020. En tout, une trentaine de radars seront ainsi remplacés par de nouveaux systèmes modernes d’ici mars 2023.

Le radar de Villeroy est l’un des six dans la province qui appartient à Environnement et Changement climatique Canada. Il continuera de couvrir la région de Trois-Rivières en plus de fournir une couverture à la ville de Québec.

La nouvelle infrastructure sera l’équivalent d’un immeuble d’environ 12 étages! Il comprendra un pylône en acier à treillis ouvert de 19 mètres qui sera surmonté d’un radôme de 11,8 mètres, soit une sphère contenant l’antenne. Au total, ce sera environ 32 mètres de hauteur en incluant le paratonnerre.

Ces nouveaux radars respecteront les limites d’exposition aux radiofréquences de Santé Canada dans tous les modes d’opération. C’est-à-dire entre 3kHz et 300 GHz, soit les limites d’exposition humaine aux champs électromagnétiques.

La conformité sera d’ailleurs vérifiée par une tierce partie et devra être démontrée à Innovation, Sciences et Développement économique Canada avant qu’une licence de radiocommunication puisse être accordée.

À la fine pointe de la technologie

La modernisation du réseau permettra d’équiper l’ensemble des radars de la polarisation double, une technologie de pointe qui permettra aux prévisionnistes de mieux faire la distinction entre la pluie, la neige, la grêle et la pluie verglaçante.

Celle-ci permettra aussi aux prévisionnistes d’être mieux outillés pour distinguer la taille, la forme et la variété non seulement des particules de précipitations, mais également des particules autres que les précipitations comme les oiseaux, les insectes et les débris. Ils émettront des veilles et des avertissements météorologiques plus précis et en temps opportun pour les phénomènes météorologiques menaçants.

Les nouveaux radars couvriront toujours une zone de 250 kilomètres, mais leur portée élargie (Doppler) pour la détection du temps violent sera doublée, passant de 120 à 240 km. Ceci permettra d’avoir plus de temps pour se protéger en cas d’alertes de tornades et de temps violent. En élargissant la portée Doppler des radars météorologiques, il pourra également y avoir un meilleur chevauchement des radars avoisinants en cas de panne.

Les secteurs économiques tributaires de la météo bénéficieront de données de meilleure qualité et d’une plus grande uniformité pour les épisodes de temps violent. L’amélioration de la qualité des données météorologiques permettra également une utilisation plus efficace des renseignements dans d’autres domaines, comme la gestion de l’eau.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des