Un coup de pouce pour une meilleure gestion des ressources humaines

Andrée-Anne Fréchette
Un coup de pouce pour une meilleure gestion des ressources humaines
Jean Boulet, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, André Bellavance, président de la CDEVR, Geneviève Dubois, mairesse de la Ville de Nicolet et présidente de la Table des MRC Centre-du-Québec, et Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du CPQ. (Photo : www.lanouvelle.net)

EMPLOI. La région Centre-du-Québec accueillera en premier le nouveau service d’accompagnement des employeurs en matière de gestion des ressources humaines, Partenaire Services RH, du Conseil du patronat du Québec (CPQ). Au minimum, 50 petites et moyennes entreprises (PME) obtiendront un soutien d’ici les Fêtes, a exposé Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du CPQ. L’initiative vise à faciliter le recrutement dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre.

En présence du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, le CPQ a dévoilé son nouveau service d’accompagnement des employeurs en gestion des ressources humaines, Partenaire Services RH. Les gens d’affaires centricois en profiteront avant les autres, car on a ciblé leur région pour l’offrir à une première cohorte d’entreprises.

Le maire André Bellavance, aussi président de la Corporation de développement économique de Victoriaville et sa région (CDEVR), a  souligné que le Centre-du-Québec ne fait pas exception au reste du Québec et souffre également du manque de main-d’œuvre. «Il y a beaucoup de défis. Il ne faut pas se croiser les bras et attendre que ça passe. Il faut prendre ça à bras-le-corps et faire tout en notre pouvoir pour aider nos entreprises», a-t-il indiqué.

Les bons outils

Quelque 180 experts de partout au Québec participeront aux cinq étapes du projet qui prévoit une analyse organisationnelle, un plan d’action avec l’employeur, un inventaire des programmes gouvernementaux qui répondent aux besoins de l’entreprise, une identification des ressources spécialisées qui pourraient apporter leur concours et de l’aide dans la mise en place des mesures appropriées.

Grâce à l’apport financier de 1,8 M $ du gouvernement du Québec, l’accompagnement deviendra abordable pour les PME qui en feront la demande. «La population québécoise vieillit à un rythme effarant, a commencé le ministre Jean Boulet. La diminution du nombre de personnes âgées entre 15 et 64 ans, conjuguée à la croissance économique, donne une rareté de main-d’œuvre dans toutes les régions et dans tous les secteurs. A

u Centre-du-Québec, c’est particulièrement aigu.» Selon lui, contrer cette pénurie passe par une saine gestion de cette denrée. Les PME ne disposent pas toutes des moyens et des effectifs pour se doter d’un département de ressources humaines structuré.

Des programmes gouvernementaux existent, mais le ministre Boulet a constaté que les entrepreneurs ne les connaissent tout simplement pas. «Il ne faut pas travailler en duplication, mais en collaboration», a-t-il soutenu.

Car Partenaire Services RH du CPQ s’ajoute à l’Escouade main-d’œuvre, déjà active dans la région. «Escouade main-d’œuvre constitue une démarche globale pour mettre en lumière les bonnes pratiques et les défis en matière de gestion des ressources humaines, alors que le CPQ propose un processus individualisé visant à dénouer les problématiques vécues», a indiqué Geneviève Dubois, mairesse de la Ville de Nicolet et présidente de la Table des MRC du Centre-du-Québec.

Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du CPQ, a noté que beaucoup de démarches ont été engagées par différents acteurs économiques de la région. «Voilà une région qui se prend en main. […] Ici, il y avait déjà un plan, alors ce qu’on est venu faire, c’est simplement de s’y greffer afin de s’inscrire en complémentarité.»

Les PME peuvent profiter de différents coffres à outils qui leur sont destinés. Toutefois, les chefs d’entreprises ont beaucoup d’autres responsabilités, d’où l’idée de l’accompagnement. Depuis 50 ans, le CPQ développe des expertises en matière de ressources humaines et il pourra dorénavant les partager. «Les pratiques salariales, les conditions de travail, les programmes de développement et un milieu attrayant permettent de développer une marque employeur. Ça fait la différence pour attirer, mobiliser et retenir la main-d’œuvre», a exprimé M. Dorval.

Toutes les PME pourront recevoir cette aide, peu importe leur secteur d’activités. Plusieurs associations en feront la promotion et dirigeront les intéressés vers le programme. «Notre objectif pour débuter dans la région Centre-du-Québec est, au minimum, de 50 PME aidées d’ici Noël. Mais nous sommes capables d’en faire beaucoup plus», souligne Yves-Thomas Dorval.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des