Un air d’été à l’Association des personnes handicapées de la MRC de Bécancour

Photo de Stéphane Lévesque
Par Stéphane Lévesque
Un air d’été à l’Association des personnes handicapées de la MRC de Bécancour
«Ici, j’aime les ateliers, surtout les arts. Je fais du dessin, de la danse et du théâtre. Je me suis fait des amis extraordinaires» - Katy-Anne (Photo : Courtoisie)

ÉDUCATION. Les locaux de l’Association des personnes handicapées de la MRC de Bécancour à Parisville prenaient un air d’été en ce 21 juin. Cocktail de bienvenue, musique et une bouteille d’eau réutilisable au nom de tout un chacun, France Laquerre et son équipe tenaient à célébrer de façon ensoleillée la fin des ateliers d’apprentissages des membres et le début de la saison estivale.

Été comme hiver, l’Association accueille ses membres.

«En moyenne, on a 25 personnes qui participent à nos ateliers sur les habilités académiques, sociales, motrices et cognitives. On travaille beaucoup les arts. On a aussi notre atelier des marmitons. Ils sont d’excellents cuisiniers. Ici c’est leur milieu de vie», révèle France Laquerre, directrice générale de l’Association des personnes handicapées de la MRC de Bécancour.

Il demeure qu’il y a certains obstacles à une participation pleine et entière des personnes handicapées qui fréquentent le centre de Parisville, l’un de ceux-ci, le transport. «Il y a des activités que l’on ne plus mettre à notre horaire à cause de l’accès à du transport adapté. Il y a eu beaucoup de coupures. On travaille fort là-dessus. Il faut une plus grande volonté des élus municipaux», précise France Laquerre.

Il faut savoir que, n’ayant généralement pas de permis de conduire, les membres de l’Association sont très dépendants de l’offre de transport tant pour faire des apprentissages au centre que pour briser leur isolement. «On accueille des gens de 16 à 80 ans. On fait de la transition école et vie active. En plus de développer un réseau social, nos membres conservent leurs acquis et continuent d’être stimulés au niveau des apprentissages. On a une dame sourde et muette qui nous est arrivée un moment donné. C’était difficile pour elle de communiquer. Elle s’est vraiment accomplie par la broderie. Elle a des doigts de fée. Elle est heureuse avec nous. Elle fait son chemin, elle sait comment se faire comprendre maintenant», ajoute-elle.

 

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des