Piste cyclable de Sainte-Angèle: un aménagement à repenser?

Photo de Marie-Ève Veillette
Par Marie-Ève Veillette
Piste cyclable de Sainte-Angèle: un aménagement à repenser?
(Photo : ixabay)

BÉCANCOUR. Le 1er novembre dernier, les citoyens de Sainte-Angèle-de-Laval, à Bécancour, ont pu prendre connaissance du nouvel aménagement projeté pour la future piste cyclable du secteur.

Ce plan était une version remaniée de celui présenté lors d’une rencontre citoyenne tenue en août 2021. Lors de cette rencontre, une majorité de citoyens avaient demandé à la Ville de refaire ses devoirs. Elle les a refaits, mais le résultat laisse encore certains résidents perplexes, notamment en ce qui a trait à la sécurité éventuelle des usagers.

Marc Beauchesne s’est fait le porte-parole de ces résidents lors de la séance publique de novembre. Il a remis aux élus un document relevant certains irritants sur le tronçon compris entre la rue des Hémérocalles et la rue des Œillets. Dans ce document figurent également des propositions d’améliorations applicables jusqu’au Plateau Laval : une pente de deux ou trois degrés pour faciliter l’écoulement de l’eau, de même que le remplacement de la bordure de ciment projetée par des balises flexibles de 4 à 6 pieds de hauteur en bordure de la route principale (à côté de la ligne blanche continue).

Selon les citoyens, ces améliorations bonifieraient l’aspect sécuritaire de la piste cyclable. Par exemple, des balises flexibles augmenteraient la visibilité de la piste auprès des automobilistes, qui auraient le réflexe, probablement, de ralentir dans cette zone. L’enlèvement de la bande de ciment faciliterait en outre le déneigement et diminuerait le risque qu’une voiture la heurte, provoquant une perte de contrôle ou une crevaison.

Une piste sans bande de ciment permettrait également aux marcheurs d’utiliser l’infrastructure sans crainte de s’y accrocher les pieds. Enfin, l’enlèvement de cette bande, jumelé à une pente d’égouttement un peu plus prononcée, aurait pour effet d’empêcher l’eau d’être redirigée dans les entrées de cour des résidents. Cela éviterait de générer des accumulations d’eau susceptibles d’augmenter le risque d’aquaplanage et la formation de plaques de glace l’hiver.

Côté fleuve

Le transfert de la piste de l’autre côté de la route, soit du côté du fleuve, est un autre élément à considérer, même s’il ne figure pas dans le document, soulève M. Beauchesne. « Il y a beaucoup de terrains vagues du côté du fleuve, et deux fois moins de résidences. En plus, les usagers passeraient à côté de la halte routière, où il y a des commodités. Ils seraient aussi déjà du bon côté de la route pour se rendre au quai. »

Selon le tracé actuel, les cyclistes, une fois rendus à l’avenue des Œillets, doivent passer entre le trottoir et les autos, indique-t-il. « Ce n’est pas une place où être! De l’autre côté du boulevard, il n’y a pas de trottoir jusqu’à l’épicerie. Ça faciliterait l’accès au centre du village et ça serait beaucoup plus sécuritaire », plaide-t-il, ajoutant que l’implantation de la piste en bordure du fleuve permettrait à tous les résidents de conserver leur boîte aux lettres à leur emplacement actuel.

L’aménagement de la piste du côté du fleuve nécessiterait une traverse près de l’école Explorami, ainsi qu’au bas du Plateau Laval. Pour faciliter la chose, l’installation d’un panneau d’arrêt sur le boulevard Bécancour, à la hauteur de la rue des Coquelicots, pourrait être envisagée. « Ça ralentirait le trafic et ça sécuriserait la traverse », souligne M. Beauchesne.

Pétition

D’ailleurs, une pétition circule actuellement dans le secteur de Sainte-Angèle-de-Laval demandant cet arrêt au bas du Plateau Laval et la construction de la piste cyclable en bordure du fleuve. La pétition fait aussi valoir de nouveaux éléments de sécurité en faveur de ce scénario, précise M. Beauchesne. 

« On veut le mieux pour les usagers et les résidents. On veut une piste cyclable qui répondra à nos besoins et qui sera réalisée de la façon la plus sécuritaire possible. »

Marc Beauchesne espère que les élus prendront en considération l’opinion et les propositions des citoyens dans la suite du projet. « Le but, ce n’est pas de scrapper ce que la ville a fait comme travail, mais de réaliser quelque chose de convenable pour tous. »

La pétition sera déposée lors de la séance publique de décembre.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires