L’Espagnol Carlos Alcaraz et le Russe Daniil Medvedev s’inclinent à Montréal

Simon Servant, La Presse Canadienne
L’Espagnol Carlos Alcaraz et le Russe Daniil Medvedev s’inclinent à Montréal

MONTRÉAL — En l’espace de quelques heures, le tableau principal masculin de l’Omnium de tennis Banque Nationale s’est ouvert et la route vers le titre masculin est devenue légèrement moins éreintante.

Le favori du tournoi et champion en titre, Daniil Medvedev, et la deuxième tête de série, Carlos Alcaraz, ont tous deux baissé pavillon au deuxième tour, mercredi, sur le court central du stade IGA.

À sa première visite à Montréal, Alcaraz a laissé filer deux avances de trois jeux en deuxième manche et il a été surpris par l’Américain Tommy Paul en trois sets de 6-7 (4), 7-6 (7), 6-3.

Un peu plus de deux heures plus tard, Medvedev s’est fait montrer la porte de sortie en trois manches de 6-7 (2), 6-4, 6-2 par l’Australien Nick Kyrgios.

Le match d’Alcaraz a semblé basculer à mi-chemin en deuxième manche, alors qu’il détenait une avance de 4-1. L’Espagnol s’est inexplicablement mis à forcer les choses et il a commencé à commettre un bon nombre d’erreurs. Et soudainement, Paul s’est vu ouvrir une brèche.

«À 4-1 ou 4-2, mon entraîneur m’a dit que mon niveau de jeu avait diminué et il m’a dit de le hausser. J’avais la mentalité que Carlos travaille pour obtenir sa victoire, a exprimé l’Américain. C’était un match à niveau très élevé. Je crois qu’en troisième manche, nous avons eu des moments au cours desquels je crois que j’ai probablement joué le niveau de tennis le plus élevé de ma carrière.»

À seulement 19 ans, Alcaraz est arrivé à Montréal en tant que quatrième joueur mondial et il a rapidement été considéré comme l’un des favoris pour remporter le titre. Face à Paul, notamment en troisième manche, la pression et la frustration ont semblé augmenter petit à petit et l’Espagnol a eu des difficultés à garder la tête froide.

«J’ai ressenti cette pression d’être la deuxième tête de série et d’être au quatrième rang mondial et je pense que c’est la première fois que je suis incapable de la gérer, a indiqué Alcaraz. Je dois continuer à m’entraîner pour être prêt à accepter cette pression, apprendre à la gérer et jouer dans ces moments.»

Tombeur du Canadien Vasek Pospisil lors de la ronde précédente, Paul en sera à une première apparition au troisième tour à l’Omnium Banque Nationale. Il croisera maintenant le fer avec le Croate Marin Cilic (no 13), qui a vaincu le Russe Karen Khachanov 6-3, 6-2.

Il s’agissait d’une troisième victoire contre un joueur du top-10 pour Paul cette saison, après qu’il eut défait Matteo Berrettini, à Acapulco, et Alexander Zverev, à Indian Wells.

«Quand je joue contre des joueurs du top-5 ou du top-10, je suis très excité. L’alarme est moins dérangeante que d’habitude à 6h45, a-t-il mentionné. Je savais que je devais jouer du tennis de haute qualité contre Carlos et je me préparais simplement à ça.»

Lorsqu’il est question de tennis de qualité, Kyrgios en sait quelque chose dernièrement. L’Australien a enregistré une huitième victoire consécutive et il a soulevé la foule avec plusieurs coups spectaculaires — et certains moments de furie.

Revenant d’un titre à l’Omnium de Washington, Kyrgios a continué à prouver que lorsqu’il est capable de jumeler son talent à un bon état d’esprit, il est un joueur coriace et difficile à bousculer.

«Je crois qu’à ce point dans la saison, tout le monde traîne une petite blessure, mais ma mentalité est positive. Je sais que si je n’ai pas envie de jouer aujourd’hui et que je suis lent mentalement, je vais probablement être lent physiquement. Je suis dans un bon état d’esprit en ce moment», a-t-il insisté.

Il s’agissait d’une troisième victoire pour Kyrgios en quatre duels en carrière contre Medvedev, qui est non seulement favori à Montréal, mais qui est actuellement le numéro un au monde.

«J’ai déjà battu Daniil. J’ai déjà battu Roger (Federer), Novak (Djokovic), ‘Rafa’ (Nadal). J’ai l’impression que ma confiance en moi n’est jamais basse. Je pourrais avoir perdu cinq matchs de suite que je croirais en mes chances de vaincre n’importe qui», a soutenu l’Australien.

Medvedev était également sur une belle séquence, alors qu’il venait d’être sacré champion du tournoi de Los Cabos. Il a trouvé dommage d’avoir à disputer son premier match à Montréal contre un joueur qui a du rythme et qui pourrait être l’une des têtes de séries du tournoi.

«Je me sentais bien physiquement et mon temps de réaction était là. Nick a bien joué et c’est dommage que j’aie eu à l’affronter à mon premier match parce qu’il était en forme et il est parmi les 10 ou 15 meilleurs joueurs au monde. Même si je n’ai pas mal joué, j’ai raté quelques coups à des moments importants. Ça ne veut pas dire que j’aurais gagné contre lui plus tard dans le tournoi, mais c’est dommage», a observé le Russe.

Le Bulgare Grigor Dimitrov (no 15) est la seule autre tête de série du programme de l’après-midi à avoir perdu. Il s’est incliné en deux manches contre l’Australien Alex de Minaur.

Le Norvégien Casper Ruud (no 4), l’Italien Jannik Sinner (no 7), le Britannique Cameron Norrie (no 9), l’Américain Taylor Fritz (no 10), l’Espagnol Roberto Bautista Agut (no 14) et le Français Gaël Monfils (no 17) ont tous réussi à éviter le pire et à obtenir leur billet pour le tour suivant.

Le Canadien Félix Auger-Aliassime (no 6) fera son entrée en scène mercredi soir, suivi du Grec Stefanos Tsitsipas (no 3).

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires