Un service pour mettre en contact la relève et les agriculteurs

Photo de Sebastien Lacroix
Par Sebastien Lacroix
Un service pour mettre en contact la relève et les agriculteurs

AGRICULTURE. Un nouveau programme de jumelage vient d’être mis sur pied pour répondre à différents enjeux rencontrés en milieu rural. Les services de l’ARTERRE, qui sont tout à fait gratuits, visent à mettre en contact des propriétaires et des aspirants-agriculteurs.

Différentes options de jumelage sont ainsi possibles, que ce soit pour la location ou la vente d’une terre ou d’un bâtiment agricole, d’une mise en valeur d’un boisé, d’un transfert, d’un partenariat d’affaires ou d’un mentorat. «La recherche se fait principalement sur le plan humain puisqu’il s’agit du facteur le plus important lors d’un transfert», souligne la coordonnatrice régionale Noémie Blanchette-Forget.

L’ARTERRE souhaite ainsi favoriser l’accès à la terre pour la relève agricole tout en assurant la pérennité des entreprises agricoles qui ne parviennent pas toujours à exploiter le plein potentiel de leurs terres et de leurs bâtiments agricoles.

Le tout permet du même coup de dynamiser les milieux agricoles dans la région, qui font face à plusieurs défis. Au Centre-du-Québec, la moyenne d’âge des agriculteurs augmente et s’établit à 49 ans. Le prix des terres est aussi à la hausse et se chiffre autour de 15 000$ l’hectare pour la terre en culture.

Premiers balbutiements

La démarche, qui a connu ses premiers balbutiements dans la MRC de l’Érable, en 2015, commence à faire des petits au Centre-du-Québec. Le Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR) a d’ailleurs accordé une aide financière de 739 212$ au projet.

Depuis décembre dernier, trois agentes de maillage ont été embauchées pour exporter les services partout au Centre-du-Québec. Ces ressources permettront de créer une banque de terres afin de répondre aux différents besoins autant pour la relève agricole que pour les propriétaires.  Celles-ci accompagnent également les parties jusqu’à ce qu’une entente de valeur juridique soit signée.

Le service remporte déjà un certain succès sur le terrain. Sans qu’on en ait fait de grandes annonces, une quinzaine de propriétaires se sont montrés intéressés dans la région. Une conférence de presse sur cette mobilisation se tiendra d’ailleurs à Nicolet, le 18 avril.

Un premier maillage a même déjà été réalisé dans la MRC de Bécancour, alors qu’il y en a eu quatre en deux ans dans la MRC de l’Érable. C’est d’ailleurs au Centre-du-Québec qu’a été effectué le tout premier transfert de ferme non-apparenté au Québec grâce au maillage d’ARTERRE.

Au Québec, une vingtaine de MRC ont adhéré à la démarche dans les régions de la Mauricie,  l’Estrie, Chaudière-Appalaches et Lanaudière. L’objectif est qu’une cinquantaine de MRC qui présentent un potentiel agricole y adhèrent d’ici 2020.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des