Pour sécuriser l’Hôtel Traversy

Pour sécuriser l’Hôtel Traversy

L'Hôtel Traversy est considéré comme étant dangereux depuis quelques années.

Crédit photo : Sébastien Lacroix

SÉCURITÉ. La Municipalité de Pierreville demande à la Régie du bâtiment du Québec (RBQ) d’intervenir à l’Hôtel Traversy, un édifice considéré comme étant dangereux depuis quelques années.

Le grand bâtiment blanc situé à l’angle de la route Marie-Victorin et de la rue Georges est considéré comme tel à la suite d’une inspection préventive. La Régie d’incendie a déposé un rapport d’inspection qui comporte plusieurs lacunes qu’elle a pu observer sur place.

Autant du côté du maire de Pierreville, Éric Deschenaux, que du préventionniste incendie de la MRC de Nicolet-Yamaska, Martin Houle, on refuse toutefois d’entrer dans les détails puisque l’affaire est devant les tribunaux. On dit simplement que le bâtiment comporte des «risques». D’autant plus qu’il est situé en plein cœur du village avec une station-service à proximité.

Ce n’est d’ailleurs pas d’hier que des démarches ont été entreprises pour tenter de régulariser la situation. La Municipalité avait déposé une première plainte à la Régie du bâtiment, en 2015, soit aussitôt qu’elle a été informée de la dangerosité que représentait l’Hôtel Traversy.

Puis, le dossier est «tombé entre deux chaises», alors il y a eu un changement de personnel à la RBQ, selon ce nous a raconté la directrice générale et secrétaire-trésorière de la Municipalité de Pierreville, Lyne Boisvert.

La Municipalité, ne voyant aucun changement, est donc revenue à la charge et a fait une deuxième demande, en 2017. Un an plus tard, en mars 2018, ne voyant toujours aucune action concrète de la part de la RBQ, le conseil municipal a décidé faire une autre demande par écrit.

Le conseil municipal a ainsi adopté une résolution dressant l’ensemble des démarches entreprises jusqu’ici pour demander une intervention de la Régie. Ce à quoi le conseil des maires de la MRC de Nicolet-Yamaska a donné son appui afin de faire respecter le Schéma de couverture de risque.

De concert avec le procureur de la Municipalité, Pierreville a ensuite décidé d’entamer des procédures judiciaires. «La Régie a force de Loi… mais il faut qu’elle se déplace», a laissé entendre le maire Éric Deschenaux, qui a eu un entretien téléphonique avec la RBQ, la sommant de faire son travail.

«On espère toujours une intervention de la Régie, mais là, on est rendu ailleurs. On a décidé de porter le dossier à un autre niveau et de s’adresser aux tribunaux pour obtenir un jugement pour la sécurité de nos citoyens», explique le maire de Pierreville.

Poster un Commentaire

avatar