Rachat de l’épicerie à Saint-Sylvère: le projet semble sur les rails

Photo de Marie-Ève Veillette
Par Marie-Ève Veillette
Rachat de l’épicerie à Saint-Sylvère: le projet semble sur les rails
Sylvie Tanguay et Caroline Boucher de la Coopérative de solidarité de Saint-Sylvère. (Photo : Marie-Eve Veillette)

SAINT-SYLVÈRE. Pas moins de 180 personnes se sont déplacées à la rencontre citoyenne du 19 juin dernier en vue de sauver l’épicerie de la municipalité de Saint-Sylvère.

L’objectif était de fournir de l’information sur le projet de coopérative qui prendra la relève des propriétaires actuels, lesquels profiteront bientôt d’une retraite bien méritée. Il visait aussi, et surtout, à recueillir un maximum d’argent pour s’assurer que le projet fonctionne. Rappelons que les administrateurs de la coopérative doivent recueillir un minimum de 60 000$ en dons et souscriptions d’ici le 28 juin, faute de quoi leur financement pourrait être compromis.

Leur appel a été bien entendu par les citoyens du village et des environs, qui ont contribué en très grand nombre lors de la rencontre. «Ce qui nous a frappés le plus, c’est que les gens faisaient la file pour payer leur contribution avant même qu’on débute la réunion. On a même commencé en retard afin de finaliser des transactions», raconte Sylvie Tanguay, vice-présidente de la Coopérative et conseillère municipale.

Au terme de la rencontre, la file était tout aussi longue, rapporte Caroline Boucher, administratrice. «On pense avoir réussi à recueillir la moitié du montant en trois jours à peine», se réjouissent les deux dames, qui poursuivront la sollicitation en compagnie d’une bonne dizaine d’autres bénévoles sur le terrain jusqu’à la date limite.

«On va faire du porte à porte intensif. On va sillonner Saint-Sylvère au grand complet avec une liste de toutes les adresses et de tous les citoyens en main! Les propriétaires du marché sont également très actifs sur la route. Ils sollicitent les résidents des municipalités environnantes qui viennent faire des achats chez nous. Ils leur offrent des parts», poursuit Mme Tanguay, qui souligne que plusieurs membres de Sainte-Gertrude en ont déjà acheté.

«Jusqu’à maintenant, on s’est moins concentré sur Saint-Wenceslas et Aston Jonction, mais on a l’intention de s’y rendre», précise-t-elle.

L’engouement semble bien présent, si l’on en croit les deux bénévoles. «Les propriétaires actuels du marché ont été les premiers à acheter leur part. Monsieur Leblanc a la carte de membre no 1, et on en est bien fier!», souligne Mme Tanguay.

«On a besoin de 60 000$ et tous les dons sont les bienvenus. Les gens qui ont à cœur un service de proximité sont invités à contribuer, insiste Caroline Boucher. Toutefois, pour assurer l’avenir de l’épicerie, on a aussi besoin de membres utilisateurs qui vont venir faire des achats. C’est bien beau de dire qu’on veut garder la coop, mais on veut que ça fonctionne par la suite.»

Rappelons que le projet est financé par Investissement Québec et le Réseau d’investissement social du Québec. Les 60 000$ requis serviront de mise de fonds.

«Je ne pense pas qu’il y ait de problème avec le montant», indique le maire Adrien Pellerin qui, au lendemain de la rencontre, était encore plus confiant que la veille compte tenu que le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, venait d’annoncer la reconstruction de l’école primaire du village. «C’est certain que cette annonce va amener du positif, et même inciter les gens à investir dans leur épicerie. Ce sont deux gros projets qui vont se réaliser chez nous. Et en prime, ce sont deux bonnes nouvelles qui nous arrivent en moins de 24 heures! On a toutes les raisons de sourire», conclut-il.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des