Priorité à l’intégrité environnementale

Par superadmin
Priorité à l’intégrité environnementale
(photo d'archives)

LETTRE OUVERTE.  On  apprend dans cet article  que M.Donald Martel, notre député caquiste a  interpellé le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles pour avoir un état de la situation sur l’exploitation des gaz de schiste dans la région de Bécancour.

Suite à cela, il désire rassurer la population en disant :

«?Il n’y a pas d’exploitation du gaz de schiste à l’horizon chez nous. Il n’existe aucun projet qui risquerait de représenter une menace environnementale et je suis même convaincu qu’aucun projet futur ne pourra se réaliser s’il n’y a pas d’acceptabilité sociale?», insiste Monsieur Martel.

Personnellement, ça ne me rassure pas du tout. Je n’ai qu’à penser aux invasions barbares des compagnies gazières et pétrolières ici, au Centre du Québec et là, dans Lotbinière et là-bas en Gaspésie. Je me permets de citer encore une fois M. Martel qui ne semble pas très concerné par l’intégrité environnementale des régions environnantes. Il s’exprime ainsi :

«En ce qui concerne plus spécifiquement la société Questerre, dont des informations ont coulé concernant des projets dans Lotbinière et Bécancour, «aucun ne concerne la région de Nicolet-Bécancour», assure Donald Martel.»

Je constate une fois de plus que la mémoire est une faculté qui oublie et surtout quand on veut absolument croire en nos «bons gouvernements» qui ont vendu toute la vallée du St-Laurent et la Gaspésie aux compagnies gazières et qui ont voté la loi 106 qui ouvre la porte toute grande au gaz naturel, gaz de schiste, en dépossédant les municipalités de tout pouvoir de protéger l’eau potable.

En passant, l’appellation  gaz naturel m’a toujours dérangée personnellement. Le mot naturel dans ce cas peut porter à confusion. Certes, c’est naturel qu’il y ait du gaz dans le sol mais ce qui ne l’est pas, c’est qu’on le sorte par fracturation hydraulique et qu’on  mette ainsi en danger la qualité de l’eau et des terres agricoles.

La CAQ a voté pour la Loi sur les hydrocarbures, la loi 106  et elle appuie l’exploitation du gaz de schiste et malgré cela notre député veut rassurer la population. Cherchez l’erreur.

Il n’y a pas d’acceptabilité sociale dans Nicolet-Bécancour et Lotbinière mais on continue de vouloir nous l’enfoncer dans  la gorge. Ça donne le goût de vomir.

À propos du bureau des audiences publiques, le BAPE;

 «La commission a constaté qu’il n’était pas démontré que l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste dans les basses-terres du Saint-Laurent, avec la technique de fracturation hydraulique, serait avantageuse pour le Québec en raison de l’ampleur des coûts et des externalités potentiels par rapport aux redevances qui seraient perçues par le Québec». 1.

Ainsi, l’acceptabilité sociale n’existe pas et celle-ci s’est vue renforcée par les conclusions du BAPE.

Je tiens à remercier les bénévoles des différents comités qui besognent depuis 10  ans, qui donnent de leur temps et de leur énergie et grâce à qui nous ne sommes pas encore entourés de centaines de puits de gaz de schiste.

Dormir au gaz pourrait-il  mener à le boire dans de l’eau gazeuse de marque Questerre ???

Ça ne me tente pas.

Et vous ?

Ce qui me tente, c’est de voir surgir l’intelligence collective à travers des solutions énergétiques propres et respectueuses de la vie. Les exemples de réalisation sont nombreux. À nous de nous en inspirer pour que notre monde s’adapte aux changements climatiques et en minimise les effets en respectant les accords de Paris signés par nos dirigeants eux-mêmes. Nous sommes à un tournant de l’humanité. Vivons-le de façon éclairée et responsable pour le présent et l’avenir des générations futures.

Diane Noury

2 novembre 2017

Tiré d’un article du Devoir le 15 décembre 2014

Écrit par Alexandre Shield

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des