Place à la saison de balle COVID-19

Stéphane Lévesque, initiative de journalisme local, icimédias
Place à la saison de balle COVID-19
«J’avais très hâte de recommencer à jouer. C’était long de ne rien faire. En tant que joueur, on nous a donné des consignes, surtout de ne pas se passer d’équipement. On ne prend pas de chance. Ça va bien aller» - Julien Fournier (Photo : Stéphane Lévesque)

COVID-19. À Bécancour, Nicolet et Saint-Léonard-d’Aston, la balle est lancée et le bâton résonne au grand plaisir des joueurs et entraîneurs de baseball et de balle rapide de la région. Un retour au jeu qui se fait cependant en respectant de nouvelles règles liées à la pandémie.

«On a commencé nos entraînements et nos matchs débutent le 6 juillet. On va jouer dans notre ligue régionale habituelle, mais il n’y aura pas de provinciaux et de tournois cette année. Mais on est très content de pouvoir recommencer», se réjouit David Dubuc, vice-président du Baseball mineur de Bécancour. L’enthousiasme est également palpable du côté d’Emmanuel Robin, administrateur bénévole à Nicolet.

«Le plaisir est là pour les enfants. Le 20 juin, lors du début du camp d’entraînement, on a vécu un beau moment. On a vu des jeunes qui connaissaient déjà les mesures sanitaires et les respectaient. Surtout, ils étaient contents de renouer avec leur passion pour le baseball. C’était la même chose pour les entraîneurs. On aurait dit des retrouvailles familiales», révèle Emmanuel Robin.

Un retour au jeu avec du retard qui n’est pas sans entraîner des impacts négatifs. Sans parler de catastrophe, on a vu les inscriptions légèrement diminuer et on a dû annuler le vénérable Tournoi de Nicolet afin de limiter les déplacements régionaux. Notons que le calendrier est passé de 16 à 12 parties au baseball mineur.

Du côté de la balle rapide, le nombre de matchs est passé de 12 à 8. «On doit rappeler aux gars de se laver les mains durant le match et de ne pas se donner les traditionnelles tapes sur les mains à la fin des manches. Les caucus rapprochés sont également à proscrire. Chaque joueur doit avoir son gant, son casque et son bâton et chaque équipe fournit ses propres balles lorsqu’elle est en défensive», indique Jean-Yves Doucet, l’un des responsables de la balle rapide au Cœur-du-Québec.

 

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des