Place à la relève à la mairie de Grand-Saint-Esprit

Photo de Marie-Ève Veillette
Par Marie-Ève Veillette
Place à la relève à la mairie de Grand-Saint-Esprit
Julien Boudreault en 2008, alors qu'il entamait sa dixième année comme maire de Grand-Saint-Esprit. (Photo : courtoisie MRC de Nicolet-Yamaska)

GRAND-SAINT-ESPRIT. Le maire de Grand-Saint-Esprit, Julien Boudreault, ne sollicitera pas de nouveau mandat en novembre prochain. C’est avec «la satisfaction du devoir accompli» qu’il passera le flambeau qu’il tient dans ses mains… depuis 1998!

«On en a fait faire, des jobs!», sourit M. Boudreault, invité à prendre un pas de recul sur son mandat de maire. «On a mis de l’eau potable dans tout le Grand-St-Esprit. Ç’a duré un été au complet, il y a peut-être deux ans. Avant, il n’y en avait que dans une petite partie. Là, il y en a jusqu’à la limite de Saint-Léonard! On a aussi prolongé le secteur de la rue Pinard et installé les égouts et l’eau», se réjouit celui qui a également piloté le dossier de l’assainissement des eaux. «C’était un projet qui me tenait à cœur, ça aussi. C’était désuet.»

Une autre de ses fiertés se situe au niveau du pavage: «Tout a été refait il y a quelques années, sauf la route Caron, qui est une route secondaire encore en gravelle. On est à la page», souligne le maire, qui dit laisser une municipalité «en santé au niveau des infrastructures et des finances».

«J’avais un très bon conseil avec moi durant toutes ces années. Une très bonne équipe», tient à souligner celui qui a lui aussi été conseiller durant quelques années avant d’entrer en poste sans opposition à la mairie, il y a presque un quart de siècle.

La relève

Le maire, qui aura 78 ans en août, commence par ailleurs à déléguer des responsabilités. Le conseiller municipal Sylvain Laroche fait office de pro-maire et assiste au conseil des maires de Nicolet-Yamaska depuis un peu plus d’un mois. «Il va faire un très bon maire», avance Julien Boudreault.

Interrogé à ce sujet, Sylvain Laroche confirme que le poste l’intéresse, sans pour autant le prendre pour acquis. «Il me fera plaisir de discuter et débattre» s’il doit y avoir une course à la mairie, signifie l’entrepreneur de 40 ans qui a emménagé à Grand-Saint-Esprit en 2011 avec son épouse et ses enfants. C’est en 2017 qu’il a été élu pour la première fois comme conseiller municipal. «J’ai bien aimé mon mandat. Je trouve qu’on a un potentiel énorme à Grand-Saint-Esprit. Julien (Boudreault) a fait faire toutes les infrastructures. J’aimerais dynamiser la communauté et animer la vie de nos citoyens», affirme celui qui a plusieurs projets en tête, avec la complicité des autres conseillers.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires