La photo et l’écriture au service de la santé mentale

La photo et l’écriture au service de la santé mentale

Mathieu Marchand, directeur général adjoint, Coopérative de Solidarité les Affranchis, Lyne Douville, Professeure au département de Psychoéducation, UQTR, Andrée Ménard, Enseignante, Institution Kiuna, Prudence Hannis, Directrice associée, Institution Kiuna, Paul Lacoursière, Gestionnaire principal, communications, Bell.

ARTS. Dans le cadre de la Journée Bell cause pour la cause qui s’est déroulée le 31 janvier dernier, l’organisme Point de Rue de Trois-Rivières & Nicolet-Yamaska en a profité pour présenter un aperçu du projet Photovoice.

Il s’agit d’une méthode d’expression qui utilise la photographie comme outil de changement social, en permettant à des individus d’identifier et de réfléchir sur des enjeux qui touchent leur communauté dans le but d’avoir une influence sur celle-ci.

En 2017, le projet a pu se réaliser grâce au soutien du Fonds communautaire Bell Cause pour la cause. Grâce à l’implication d’un groupe d’étudiantes de l’Institution Kiuna, ainsi qu’un groupe de personnes rejointes par l’organisme le projet leur a permis de s’exprimer sur les enjeux de la santé mentale à travers les médiums artistiques de la photographie et de l’écriture.

Par le biais d’une exposition ambulante, ils pourront sensibiliser la population face aux préjugés et favoriser une réflexion sur la place de la santé mentale dans notre communauté. Le premier vernissage de cette exposition se tiendra à même les locaux de l’établissement d’enseignement autochtone de Kiuna en avril prochain.

Par ailleurs, mentionnons que deux étudiantes de la chercheure Lyne Douville du département de Psychoéducation de l’UQTR ont suivi le processus créatif de ce projet afin de documenter l’impact de cette méthode.