Pas de pause pour le Carnaval de Gentilly

Photo de Stéphanie Paradis
Par Stéphanie Paradis
Pas de pause pour le Carnaval de Gentilly
Bonhomme et Sophie Houde. (Photo : courtoisie)

BÉCANCOUR. Bien que la 52e édition du Carnaval de Gentilly ait été reportée, l’équipe de bénévoles et sa présidente, Sophie Houde, ne sont pas pour autant en pause. En effet, quelques partenariats et activités signés «Carnaval de Gentilly» sont au programme.

«J’ai eu un pincement au cœur d’annuler l’événement, mais comme je suis une fille de défis, j’ai décidé que je ne m’arrêterais pas avec ça. Je suis quelqu’un qui rebondit et qui a beaucoup de créativité, et on a des équipes locales de bénévoles qui sont aussi investis. J’ai transformé cette menace à notre organisation en opportunité de se réinventer et de faire autrement», explique Sophie Houde, présidente de la 52e édition du Carnaval de Gentilly.

«J’ai orienté, petit pas par petit pas, mon année de pause vers une année d’innovation, de collaboration et d’arrimage», ajoute Mme Houde.

C’est dans cette lancée que l’équipe du Carnaval propose le défi Carnaval des neiges, un concours de sculpture et de château de neige à ciel ouvert. Le concours est réservé aux résidents de Gentilly. Les familles et les services de garde peuvent s’inscrire sur la page Facebook du Carnaval avant le 10 janvier. Les sculptures ou châteaux doivent être aux «couleurs» du Carnaval; les accessoires sont donc les bienvenus!

Un groupe de bénévole s’investit également dans la mise sur pied d’une pièce de théâtre, sans même savoir quand et comment il sera en mesure de la présenter. Ce sont Céline Thibodeau et Hélène Dubuc qui mènent le bal des pratiques qui, bien sûr, ne peuvent se dérouler en personne. C’est donc par visioconférence que les quinze bénévoles impliqués s’échangent la réplique des Belles-Sœurs de Michel Tremblay.

«On s’est réinventé là aussi, parce qu’elles ne peuvent pas faire de pratique physique! Et s’investir dans une pièce de théâtre par Zoom, ce n’est pas le plus simple!» confie Sophie Houde. Elles continuent cependant de se réunir virtuellement dans l’espoir de présenter le fruit de leur travail et de poursuivre la mission principale de l’équipe du Carnaval, soit de «mettre de la joie dans le village de Gentilly».

«On veut s’assurer, sans avoir une programmation officielle, d’utiliser notre potentiel bénévole et notre capital humain pour maintenir une forme d’activité dans notre secteur, parce que c’est morose et qu’on n’a pas le goût que le confinement et la COVID prennent le dessus sur notre organisation», mentionne Mme Houde.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires