On ne manquera pas de sirop!

Communiqué de presse

On ne manquera pas de sirop!
Sirop d'érable (Photo : courtoisie)

RÉGIONAL. En raison de la forte augmentation des ventes et des exportations de sirop d’érable, et à la suite d’une saison de production 2021 moyenne, plusieurs se sont inquiétés d’une possible pénurie de sirop d’érable. Les Producteurs et productrices acéricoles du Québec (PPAQ) tiennent à rassurer la population qu’ils ont la capacité de répondre à la demande locale et internationale.

Un outil de régulation efficace, unique au monde

Mise en place en 2000, la réserve stratégique de sirop d’érable est une initiative des PPAQ qui permet notamment de pallier les aléas annuels de la météo. Ainsi, quand la production dépasse la demande, le sirop d’érable en surplus est entreposé en barils dans la réserve. À l’inverse, lorsqu’une trop faible récolte survient, le sirop entreposé est offert et vendu aux acheteurs afin de combler la demande.

La réserve joue donc un rôle hautement stratégique dans la gestion des stocks, car elle assure un approvisionnement constant des marchés nationaux et internationaux, indépendamment de l’ampleur de la récolte annuelle. Cette dernière permet aussi de stabiliser le prix du produit en éliminant les variations de prix causées par de potentielles ruptures de stock ou des surplus de production.

Une initiative des producteurs acéricoles du Québec

Située à Laurierville, dans la MRC de L’Érable, cette réserve de sirop d’érable unique au monde a une superficie de 267 000 pieds carrés – l’équivalent de cinq terrains de football. Au début de la saison 2021, la réserve contenait environ 100 millions de livres de sirop d’érable répartis en barils de 45 gallons stérilisés et scellés. On prévoit qu’il en restera un peu moins que la moitié juste avant la prochaine récolte au début 2022.

Cette réserve de sirop d’érable est exclusivement alimentée par les producteurs acéricoles du Québec, qui produisent environ 72% de la production mondiale. En 2021, la production mondiale de sirop d’érable a atteint 182 millions de livres, dont 133 millions de livres provenaient du Québec.

Pourquoi les PPAQ ont recours à la réserve?

En ce moment, la progression des ventes de 2020 et 2021, combinée à la récolte moyenne au Canada et aux États-Unis, incite les transformateurs et embouteilleurs de l’érable à compléter leurs besoins en sirop en multipliant leurs commandes auprès de la réserve. 

 » L’industrie acéricole est en santé. La pandémie a certainement engendré un engouement pour l’achat local, sans oublier les efforts de promotion qui se voient récompensés « , affirme Serge Beaulieu, président des PPAQ.  » Les stocks sont à la baisse, mais il n’y a pas lieu de s’inquiéter : notre organisation dispose des outils pour continuer de répondre à la demande. La réserve stratégique contient suffisamment de stock pour répondre aux besoins de l’industrie à court et moyen termes en sirop d’érable dits  » conventionnels « . De plus, lorsque les stocks baissent, comme c’est le cas présentement, les PPAQ peuvent émettre du contingent supplémentaire aux producteurs acéricoles pour répondre à la demande. Les PPAQ sont donc allés de l’avant avec l’émission de 7 millions de nouvelles entailles qui seront en production d’ici les trois prochaines années, ce qui portera à plus de 57 millions le nombre d’entailles total que compte le Québec « , de conclure M. Beaulieu. 

Records de ventes sans précédent

Rappelons les records de ventes et d’exportations sans précédent établis en 2020, avec 147 millions de livres de sirop d’érable vendues par les acériculteurs québécois aux transformateurs par le biais de l’agence de vente. De ce chiffre, 135 millions de livres ont été exportées grâce aux efforts combinés des campagnes de promotion et des stratégies d’exportation des transformateurs d’ici. Ceci représente près d’un milliard de dollars dans le produit intérieur brut canadien. C’est un moteur économique important pour nos régions.

Malgré des années record de production en 2019 et 2020, les températures chaudes que nous avons connues en avril dernier ont fait en sorte que toutes les régions acéricoles ont vu leur saison débuter en même temps et se terminer hâtivement pour les mêmes raisons. Il faut se rappeler que les acériculteurs et acéricultrices sont tributaires de la météo et que la réserve stratégique est justement en place afin de subvenir à la demande, peu importe l’ampleur de la récolte.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires