«On espère que ça n’aura pas d’influence pour la suite des choses» – Jean-Guy Dubois

Photo de Marie-Ève Veillette
Par Marie-Ève Veillette
«On espère que ça n’aura pas d’influence pour la suite des choses» – Jean-Guy Dubois
De la fumée était encore visible une heure après l'explosion survenue le 17 avril 2019. (Photo : Marie-Eve Veillette)

BÉCANCOUR. L’opération menée ce matin par les pompiers à la fonderie de l’Aluminerie de Bécancour s’est avérée délicate, rapporte le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois.

«Ils ont rencontré des difficultés. Ils ne pouvaient pas arroser avec de l’eau parce que c’est de la poussière qui se dégage de l’explosion et elle est inflammable. Il fallait qu’ils soient très vigilants sur la façon de traiter l’incident. Ils sont maintenant en train d’analyser la scène pour établir un diagnostic concernant la gravité de l’incident.»

«Au moment où je vous parle (11h30), je pense que la situation est contrôlée. On a eu plus de peur que de mal selon moi et selon les informations que j’ai eues. Il y a eu un bon panache de fumée à un moment donné mais ça s’est rapidement dissipé.»

Maintenant que la situation semble sous contrôle et que tout le monde semble bien aller, le plus important à ses yeux,  c’est que l’incident ne vienne pas perturber  la suite des choses dans le dossier du conflit de travail qui règne à l’Aluminerie de Bécancour depuis bientôt 15 mois.

«Ça arrive la journée même où le ministre Jean Boulet doit déposer son hypothèse de règlement. Ça arrive à un bien mauvais moment. C’est un peu comme une douche sur les espoirs qu’on mettait sur ce geste-là.  On espère que ça n’aura pas d’influence sur la suite des choses, sur la négociation qu’on aimerait bien voir finir», conclut le maire Dubois.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des