Résultats des élections fédérales 2019

Suivez les résultats des élections fédérales 2019 dans votre circonscription en consultant notre page d'accueil.

Voir les résultats

On a débattu sur l’environnement à Bécancour

On a débattu sur l’environnement à Bécancour
Le débat s'est tenu au Centre de la biodiversité du Québec. (Photo : Courtoisie)

ÉLECTIONS. C’est le 3 octobre, à Bécancour, que s’est tenu un débat consacré entièrement aux enjeux environnementaux. Louis Plamondon, député sortant et candidat du Bloc québécois, Nathalie Rochefort, candidate du Parti libéral, Pierre-André Émond, candidat du Parti conservateur du Canada, et David Turcotte, candidat du Parti vert et une trentaine de citoyens étaient réunis lors de cet événement organisé par Alternatives Bécancour

«Je suis satisfait en tant qu’organisateur. On a une belle participation du public. Les candidats ont apprécié la formule retenue mettant l’accent sur le contenu», a souligné François Poisson qui ouvre la porte à tenir des débats environnementaux lors des prochaines élections municipales.

En plus de quatre questions communes à tous ces débats tenus dans le cadre de l’événement
«L’environnement, parlons-en» qui portaient sur les changements climatiques, l’eau, la protection de la nature et la pollution, les candidats ont pu s’exprimer sur les enjeux locaux de l’obsolescence programmée des produits de consommation, les déchets radioactifs, les appareils réfrigérants et les projets gaziers.

 

Commentaires des candidats

«Au Parti conservateur, le mot «taxe», on n’aime pas vraiment ça. Dans notre plan, on veut viser sur des incitatifs et des mesures coercitives pour obliger les entreprises à investir dans les énergies vertes. On veut assurer une transition responsable».

«Au niveau du comté, je suis particulièrement sensible aux difficultés que rencontre PureSphéra. La technologie est prête, mais ils ont de la difficulté à recevoir du matériel, entre autres des réfrigérateurs. Pour le démantèlement de la Centrale de Gentilly, je ne suis pas un fan de l’énergie nucléaire, mais on va se fier aux experts de la Commission canadienne de sécurité nucléaire pour entreposer les déchets nucléaires à l’endroit approprié».

-Pierre-André Émond, Parti conservateur du Canada

 

«Il reste beaucoup à apprendre et à faire au niveau de l’environnement. Je garde espoir que nos enfants et nos petits-enfants vont avoir une planète vivable. Je pense qu’à partir de la présente élection, on ne parlera plus d’une politique de l’environnement, mais plutôt de mettre de l’environnement dans la politique à tous les niveaux».

«Je crois que le Bloc québécois est le seul parti qui parle de mesures coercitives. On ne peut plus dire «On va faire un comité ou nous allons faire une réunion». Dans ce sens-là, le Bloc québécois voudrait déposer un projet de loi qui obligerait le gouvernement à atteindre ses objectifs et de faire des comptes rendus annuels. Il faut aussi établir le principe que ceux qui polluent payent et que ceux qui ne le font pas soient récompensé. Ce serait une forme de péréquation verte entre les provinces. Les subventions aux énergies fossiles doivent cesser et être données à l’électrification des transports».

-Louis Plamondon, Bloc québécois

 

«La pollution n’est plus gratuite nulle part au Canada. Au Parti libéral, nous avons mis un prix sur la pollution pour réduire nos émissions et nous avons mis en place un nouveau système qui remet plus d’argent dans les poches des Canadiens».

«Dans l’avenir, on a pour cible zéro émission nette d’ici 2050 et on s’engage à réduire de moitié le taux d’imposition des entreprises qui produisent et fabriquent des technologies carboneutres. En ce qui concerne les transports, on veut mettre en place des mesures pour rendre les véhicules électriques plus abordables et pour convertir les autobus en autobus à zéro émission».

-Nathalie Rochefort, Parti libéral du Canada

 

«On vit tous sur la même planète, on doit tous faire des efforts pour contrer les changements climatiques. Le statu quo n’est pas une option. Les entreprises doivent en faire plus pour l’environnement, c’est certain».

«Au Parti vert, d’ici 2030, on veut diminuer les GES de 60% d’ici 2030 et émission zéro d’ici 2050. Dans Bécancour-Nicolet-Saurel, on a des projets au niveau de l’agriculture. En appuyant les agriculteurs pour le faire, on veut la fin des engrais azotés. On veut favoriser la culture régénératrice plutôt qu’à l’agriculture industrielle. On veut également mettre de l’avant les produits locaux».

-David Turcotte, Parti vert du Canada

 

On peut visionner le débat en cliquant sur le lien suivant : https://www.facebook.com/Alternancour/

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des