Un nouveau «type de haine» circule, selon le propriétaire du club gai au Colorado

Jesse Bedayn, The Associated Press
Un nouveau «type de haine» circule, selon le propriétaire du club gai au Colorado

COLORADO SPRINGS, Colo. — Le copropriétaire de la discothèque gay de Colorado Springs, où un tireur a transformé la célébration de l’anniversaire d’une drag queen en massacre, a déclaré qu’il pensait que la fusillade qui avait tué cinq personnes et blessé 17 autres est le reflet d’un sentiment anti-LGBTQ qui a évolué du préjugé à l’incitation. 

La voix de Nic Grzecka était teintée d’épuisement alors qu’il parlait à l’Associated Press mercredi soir. Il s’agissait de ses premiers commentaires depuis l’attaque de samedi soir au Club Q, un lieu que Nic Grzecka a contribué à transformer en une enclave qui a soutenu la communauté LGBTQ dans la ville à tendance conservatrice de Colorado Springs.

Les autorités n’ont pas expliqué pourquoi le suspect a ouvert le feu sur le club avant d’être maîtrisé par les clients, mais il est accusé de crime haineux. Le suspect, Anderson Lee Aldrich, 22 ans, n’a pas plaidé coupable ni parlé de l’incident. 

Nic Grzecka a déclaré qu’il pensait que le ciblage d’un événement drag queen était lié au fait que la forme d’art avait été présentée sous un faux jour ces derniers mois par des militants et des politiciens de droite qui se plaignaient de la «sexualisation» ou du «grooming», un terme anglais qui signifie d’attirer un enfant avec des cadeaux, des faveurs, des promesses, des louanges dans le but d’obtenir des faveurs sexuelles. Même si l’acceptation générale de la communauté LGBTQ s’est accrue, cette nouvelle dynamique a favorisé un climat dangereux.

«C’est différent de marcher dans la rue en tenant la main de mon petit ami et de se faire cracher dessus que de voir un politicien faire un lien entre une drag queen le “grooming” de leurs enfants, a déclaré M. Grzecka. Je préférerais qu’on me crache dessus dans la rue que la haine devienne aussi forte que là où nous sommes aujourd’hui».

Plus tôt cette année, la législature dominée par les républicains de Floride a adopté un projet de loi interdisant aux enseignants de discuter d’identité de genre ou d’orientation sexuelle avec des élèves plus jeunes. Un mois plus tard, les références aux «pédophiles» et au «grooming» concernant les personnes LGBTQ ont augmenté de 400 %, selon un rapport de la Human Rights Campaign.

«Mentir à propos de notre communauté et en faire quelque chose qu’ils ne sont pas crée un autre type de haine», a fait valoir M. Grzecka.

Son parcours a débuté alors qu’il commençait à nettoyer les sols et à servir de barman au Club Q en 2003, un an après son ouverture. Aujourd’hui copropriétaire, il a déclaré qu’il espérait canaliser son chagrin et sa colère pour trouver comment reconstruire le système de soutien pour la communauté LGBTQ de Colorado Springs que seul le Club Q avait fourni.

Les responsables de la ville et de l’État ont offert leur soutien et le président Joe Biden et la première dame Jill Biden ont contacté M. Grzecka et le copropriétaire Matthew Haynes jeudi pour présenter leurs condoléances et réitérer leur soutien à la communauté ainsi que leur engagement à lutter contre la haine et la violence armée. 

M. Grzecka a déclaré que le Club Q avait ouvert après la fermeture du seul autre bar gay de Colorado Springs à l’époque. Il a décrit cette époque comme une évolution des bars gays. Il y a des décennies, les lieux gays miteux et troués dans le mur étaient principalement destinés à trouver une rencontre ou un rendez-vous, a raconté M. Grzecka. Mais il a dit qu’une fois qu’Internet offrait des moyens anonymes de trouver l’amour en ligne, les bars se sont transformés en espaces non-fumeurs bien éclairés et propres pour passer du temps avec des amis. Le Club Q était à l’avant-garde de cette transition.

Une fois devenu copropriétaire en 2014, M. Grzecka a aidé à faire du Club Q non seulement un lieu de vie nocturne, mais un centre communautaire — une plate-forme pour créer une «famille choisie» pour les personnes LGBTQ, en particulier pour celles qui sont éloignées de leur famille biologique. Les soirées drag queen bingo, les soirées entre amis, les dîners de Noël, les fêtes d’anniversaire sont devenues des incontournables du Club Q qui était ouvert 365 jours par année. 

Au lendemain de la fusillade, alors que ce lieu de communauté avait été détruit, M. Grzecka et d’autres leaders de la communauté ont déclaré qu’ils canalisaient leur chagrin et leur colère pour reconstituer la structure de soutien que seul le Club Q avait offerte.

«Lorsque ce système disparaît, vous réalisez à quel point le bar offrait vraiment plus», a déclaré Justin Burn, un organisateur de Pikes Peak Pride. Il se demande maintenant où iront ceux qui ont fait partie de la famille Club Q. 

M. Burn a déclaré que la fusillade a tiré un rideau sur un manque plus large de ressources pour les adultes LGBTQ à Colorado Springs. MM. Burn et Grzecka ainsi que d’autres travaillent avec des organisations nationales pour évaluer les besoins de la communauté alors qu’ils élaborent un plan pour offrir un réseau de soutien solide.

M. Grzecka cherche à reconstruire la «culture d’amour» et le soutien nécessaire pour «faire en sorte que cette tragédie devienne la meilleure chose qu’elle puisse être pour la ville».

«Tout le monde a besoin d’une communauté», a-t-il conclu. 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires