Les rebelles Houthis du Yémen ont lancé une attaque à la bombe en mer Rouge

Les rebelles Houthis du Yémen ont lancé mercredi une attaque à la bombe contre un navire commercial dans la mer Rouge, ont annoncé les autorités, la dernière escalade malgré une campagne menée par les États-Unis pour tenter de protéger la voie maritime essentielle.

L’utilisation d’un bateau chargé d’explosifs a fait remonter le spectre de l’attaque de l’USS Cole en 2000, un attentat suicide perpétré par Al-Qaida contre le navire de guerre alors qu’il se trouvait au port d’Aden, tuant 17 personnes à bord. Les journalistes d’Associated Press ont vu mercredi le Cole en mer Rouge, participant désormais à la campagne américaine, alors qu’il visitait l’un de ses navires jumeaux, l’USS Laboon.

Le porte-parole militaire des Houthis, le brigadier-général Yahya Saree, a revendiqué la responsabilité de l’attaque, identifiant le navire ciblé comme étant le vraquier grec Tutor, battant pavillon libérien. Il a décrit l’attaque comme utilisant un «drone maritime», ainsi que des drones et des missiles balistiques.

Dans un avertissement aux expéditeurs, le centre des opérations commerciales maritimes du Royaume-Uni de l’armée britannique a décrit que le navire avait été heurté à l’arrière par une petite embarcation blanche au sud-ouest de la ville portuaire de Al-Hodeïda, contrôlée par les Houthis.

Les Houthis, qui se sont emparés de la capitale du Yémen il y a près de dix ans et combattent depuis peu une coalition dirigée par l’Arabie Saoudite, ciblent les transports maritimes dans tout le couloir de la mer Rouge en raison de la guerre entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza.

Ils affirment que les attaques visent à arrêter la guerre et à soutenir les Palestiniens, même si elles ciblent souvent des navires qui n’ont rien à voir avec le conflit.

La guerre à Gaza a tué plus de 36 000 Palestiniens, selon le ministère de la Santé de Gaza, tandis que des centaines d’autres ont été tués lors des opérations israéliennes en Cisjordanie. Cela a commencé après que des militants dirigés par le Hamas ont attaqué Israël le 7 octobre, tuant environ 1200 personnes et faisant environ 250 otages.

Les Houthis ont lancé plus de 50 attaques contre des navires, tué trois marins, saisi un navire et coulé un autre depuis novembre, selon l’administration maritime américaine. Une campagne de frappes aériennes menée par les États-Unis cible les Houthis depuis janvier. Une série de frappes, le 30 mai, a tué au moins fait 42 blessés, selon les rebelles.

Le Laboon est l’un des destroyers accompagnant le porte-avions USS Dwight D. Eisenhower et tous deux ont abattu les tirs des Houthis et escorté des navires à travers la région. Le commandant de la marine américaine Eric Blomberg affirme qu’une enquête est en cours en lien avec l’attaque, mais qu’il semblait que le navire visé n’avait rien à voir avec la guerre entre Israël et le Hamas.

Les Houthis «ont frappé des navires qui ne sont absolument pas associés ou liés aux États-Unis ou à Israël», a-t-il soulevé.

«Ce ne sont que des marins marchands innocents qui transportent des marchandises à travers la mer Rouge, essayant de les acheminer par la route la moins chère, et ce sont eux qui paient pour cela.»