Non, l’église Saint-François-Xavier ne sera pas démolie

Photo de Stéphanie Paradis
Par Stéphanie Paradis
Non, l’église Saint-François-Xavier ne sera pas démolie
L'église de Saint-François-du-Lac a été sacrée immeuble patrimonial en 1957. (Photo : Marie-Eve Veillette)

SAINT-FRANÇOIS-DU-LAC. Les comptes de l’église de la paroisse de Saint-François-Xavier, classée immeuble patrimonial en 1957, sont en souffrance. La rumeur court dans la communauté que si aucune aide n’est apportée pour renflouer les coffres et ainsi permettre à la Fabrique de chauffer et d’entretenir son bâtiment, il risque de subir le même sort que sa voisine de Pierreville, soit la démolition.

Lors d’une rencontre citoyenne avec le Conseil de la Fabrique en septembre dernier, l’idée de lancer une pétition a été soulevée et menée à terme par Christian Lincourt. Les autres solutions proposées étaient majoritairement des solutions dépendantes du bénévolat, ce qui ne fonctionnerait pas à long terme, selon M. Lincourt. «On se retrouve encore avec le même problème qui est un manque d’argent récurrent», précise ce dernier.

Ce sont 911 signataires qui ont adhéré à la demande suivante: «Je demande au maire et à son conseil de la municipalité de Saint-François-du-Lac d’accorder une aide financière afin de préserver et sauvegarder le monument historique que constitue l’église de Saint-François-du-Lac (paroisse Saint-François-Xavier).»

Le joyau de Saint-François

Germain Parenteau, qui était président de la Fabrique depuis 6 ans et qui s’est retiré le 31 octobre dernier, est convaincu de la valeur patrimoniale et historique qu’apporte l’église à sa municipalité.

«Je comprends que la nouvelle génération n’est pas intéressée, mais il reste que c’est un monument historique qu’on retrouve dans le bas Saint-François. La nouvelle génération passe à côté, même la municipalité passe à côté», s’indigne M. Parenteau.

Pourtant, on peut voir apparaître, parmi les signataires de la pétition de M. Lincourt, le nom du maire de Saint-François-du-Lac, Pascal Théroux. En effet, ce dernier dément complètement les rumeurs de démolition et l’inaction de la Municipalité.

«L’église va rester debout tant et aussi longtemps que je vais être là. Ça fait partie de mes valeurs. C’est un joyau et la municipalité va s’en occuper. On a quelque chose de beau à faire avec notre église», assure M. Théroux.

«Avant qu’il y ait la démolition d’une église, il faut consulter la municipalité. Et si la municipalité n’en veut pas, elle serait par la suite mise en vente», explique ce dernier.

Le maire prétend que la pétition a été lancée par un citoyen avec l’unique accord de Germain Parenteau, sans le soutien du reste du Conseil de la Fabrique.

Une ébauche de ce que la Municipalité souhaite offrir à la Fabrique sera révélée dans les prochains jours. «Je pense que les membres du Conseil vont accepter, parce que c’est vraiment quelque chose de bien! Tant et aussi longtemps que je vais être là, les deux clochers vont rester éclairés», conclut M. Théroux.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires