Les métallos de chez ArcelorMittal à Fermont derrière les lockoutés

Photo de Rédaction - Le Courrier Sud
Par Rédaction - Le Courrier Sud
Les métallos de chez ArcelorMittal à Fermont derrière les lockoutés
Le lock-out a été déclenché le 11 janvier dernier.

CONFLIT. Les quelque 1200 syndiqués d’ArcelorMittal à Fermont membres de la section locale 5778 soutiendront les lockoutés d’ABI. Ils leur donneront un montant de 1000 $ par semaine jusqu’à la fin du conflit.

« Nous sommes peut-être loin de vous en kilomètres, mais ça ne nous empêche pas d’être tout près de vous dans cette lutte. Comme vous, nous travaillons pour une multinationale qui cherche toujours à presser le citron. Comme vous, nous savons que le syndicalisme permet de remettre un peu d’équilibre dans l’équation. Comme vous, nous savons qu’il faut être prêts à lutter pour nos principes syndicaux et pour assurer de bonnes conditions de travail aux travailleurs d’aujourd’hui et des prochaines générations. Nous sommes à vos côtés et le resterons tant qu’il le faudra », a fait valoir le président de la section locale 5778, Joël Dumont, représentant les 1200 travailleurs et travailleuses de la mine du Mont Wright et de Firelake sur la Côte-Nord, à Fermont.

Les travailleurs d’ArcelorMittal sur la Côte-Nord ont conclu le printemps dernier un contrat de travail avantageux, après des négociations houleuses qui ont conduit à deux doigts du déclenchement d’un conflit de travail. « Malheureusement, votre employeur a choisi l’affrontement plutôt que la négociation. Nous savons que vous êtes un groupe solide tissé serré. Vous pourrez compter sur la solidarité des gars et des filles du Nord pour vous appuyer et passer au travers. La lutte de l’un d’entre nous est celle de nous tous », a fait valoir Joël Dumont.

Les 1030 travailleurs et travailleuses de l’Aluminerie de Bécancour inc. (ABI) sont en lockout depuis le 11 janvier dernier.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des