Manseau veut réactiver le statut de son école

Photo de Sébastien Lacroix
Par Sébastien Lacroix
Manseau veut réactiver le statut de son école
École primaire Rayons de Soleil.

MANSEAU. Près de cinq ans après la fermeture de l’école primaire Rayons-de-Soleil de Manseau, le conseil municipal souhaite que la commission scolaire la Riveraine réactive le statut de l’établissement.

C’est que pour une deuxième année consécutive, le bâtiment accueille différentes formations après avoir obtenu une subvention de 40 000$. Celle-ci a été reconduite pour l’année en cours et devra l’être d’une année à l’autre.

À raisons de deux jours par semaine, il s’y donne des cours d’introduction à l’informatique, du français et des mathématiques de base ainsi que de l’alphabétisation. Il y a aussi des cours de francisation pour les immigrants du Projet d’Accueil et d’Intégration Solidaire (PAIS) dans l’Est de la MRC de Bécancour.

On y tient aussi des activités «Mieux vivre» pour garder la forme physique. De concert avec le Carrefour familial de Manseau, on met également un service de garde à la disposition des adultes qui vont y suivre des cours.

En tout, ce sont de 40 à 50 élèves qui fréquentent l’établissement, en plus des travailleurs étrangers.

Or, même s’il y a de nouveau de la vie dans l’ancienne école primaire de Manseau, elle a conservé la même désignation dans le plan triennal d’immobilisation. C’est-à-dire que l’acte d’établissement est révoqué et que l’école est fermée.

«Nous avons demandé à ce que son statut soit réactualisé avec ce qui s’y passe réellement. Parce que selon ce qui est écrit dans le plan, ils pourraient peut-être la vendre», souligne le maire Guy St-Pierre.

Du côté de la commission scolaire la Riveraine, on assure que l’école est toujours considérée comme étant active, étant désormais dédiée à la Formation générale aux adultes, au même titre que le Centre Nicolet, le Centre Saint-François et le Centre Saint-Laurent à Sainte-Marie-de-Blandford.

«Même si elle n’est pas inscrite au plan triennal d’immobilisation, on a des obligations parce qu’on en est toujours propriétaire. Ça peut toutefois être moins prioritaire, mais là elle redevient active en étant associée à la Formation générale aux adultes», assure le secrétaire générale de la commission scolaire, Pascal Blondin.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des