L’usine d’Écosource recyclage sera construite en 2021

Photo de Marie-Ève Veillette
Par Marie-Ève Veillette
L’usine d’Écosource recyclage sera construite en 2021
L'usine projetée par Écosource. (Photo : courtoisie)

BÉCANCOUR. Le projet d’usine de recyclage de pneus piloté par Écosource recyclage à Bécancour devrait finalement voir le jour en 2021. La présidente et directrice générale, Hélène Major, affirme que la construction s’amorcera à la fin du mois de janvier prochain.

Si tout va bien, l’usine de 40 000 pieds carrés pourrait ouvrir ses portes à l’été. On prévoit deux mois pour monter la structure et trois autres pour installer l’équipement. «Quand ça démarrera, ça ira vite! Le terrain est prêt et les structures sont en entrepôt», confie Mme Major, qui a déménagé à Bécancour en juin dernier pour veiller de plus près au projet.

Initialement, la construction de l’usine devait s’amorcer en novembre 2019. Or, l’arrivée précoce de la neige n’a pas permis de couler les fondations au moment souhaité. Écosource avait alors pris la décision d’attendre en mars 2020 pour aller de l’avant. Mais entre-temps, d’autres tuiles se sont abattues sur le projet. Un problème au niveau de l’approvisionnement en eau des gicleurs a été détecté puis réglé, avant que la fameuse pandémie de COVID-19 ne vienne freiner tout le projet.

Ce ralentissement forcé a obligé Écosource à «refaire un paquet de choses» et à «changer un peu la façon de faire», confie Hélène Major, révélant notamment qu’avec la COVID, les banques sont devenues un peu plus frileuses. «Elles veulent avoir des garanties solides avec ce qui se passe. C’est normal. On est une compagnie en démarrage et présentement, elles aident beaucoup de compagnies existantes.»

Mme Major assure cependant que le projet, globalement, demeure le même. «Les clients ont été revérifiés et on est toujours en négociation avec des investisseurs. Il a fallu qu’on fasse refaire des soumissions.»

L’entreprise a également revu à la baisse le personnel requis pour ses premiers mois d’opération. Elle prévoyait 18 employés sur le plancher au départ; ils seront plutôt 15, puisqu’elle a décidé de reporter l’achat d’une machine qui n’était pas essentielle au démarrage du projet. «On se rodera comme il faut avec les 15 employés, puis on montera rapidement à trois quarts de travail (pour 45 employés au total), car on a de la demande pour ça», précise Mme Major. «On a des contrats très solides déjà signés», ajoute-t-elle.

Les derniers ajustements au projet sont maintenant apportés et il ne reste qu’à attendre le moment de la première pelletée de terre, assure la pdg, qui en rêve depuis deux ans: «Tout est beau. On a refait les devoirs qu’il y avait à refaire. On n’a pas perdu notre temps. Je suis optimiste rendu là.»

C’est l’entreprise Therrien Entrepreneur Général, de Nicolet, qui construira l’usine. En ce qui concerne le recrutement du personnel, il s’amorcera à peu près en même temps que la construction. Le contremaître et le directeur opérationnel sont déjà trouvés.

Rappelons qu’Écosource prévoit investir 13 M$ pour la construction de cette usine qui récupérera et donnera une seconde vie aux pneus usés de tous genres.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires